noscript

Please Wait...

MBS est un «psychopathe qui constitue une menace pour la planète», selon l’ancien chef espion de l’Arabie

MBS est un «psychopathe qui constitue une menace pour la planète», selon l’ancien chef espion de l’Arabie
folder_openMoyen Orient access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Un ancien responsable du renseignement saoudien a affirmé à la télévision nationale américaine que le souverain du royaume, le prince héritier Mohammed ben Salman (MBS), est un «tueur psychopathe qui constitue une menace pour la planète».

Saad Aljabri, qui était un haut responsable de l’Arabie saoudite gouvernement, a affirmé que le prince héritier est un homme «sans empathie, sans émotion, et nous avons été témoins d’atrocités et de crimes commis par ce tueur», dans une interview alarmante avec l’intervieweur de “60 minutes” Scott Pelley.

Aljabri, un ancien responsable du renseignement fidèle à l’ancien dirigeant du royaume Mohammed ben Nayef (MBN), a fui l’Arabie saoudite au Canada en 2017 lorsqu’il a été accusé de crimes financiers. Jamal Khashoggi en 2018, a envoyé une escouade au Canada pour le tuer en 2018, et a depuis emprisonné deux des enfants d’Aljabri pour tenter de le forcer à revenir. Aljabri, 62 ans, a été rejoint dans l’épisode ’60 Minutes’ par l’un de ses fils, Khalid, qui a partagé un aperçu déchirant de la torture présumée du gendre d’Aljabri dans une tentative de le forcer à retourner dans le Royaume. L’ex- spymaster a également été rejoint par l’ancien directeur de la CIA Michael Morell, qui a décrit Aljabri comme «extraordinairement brillant» et «incroyablement fidèle à son pays».

Saad Aljabri, un haut responsable du gouvernement saoudien, a affirmé que le prince héritier Mohammed ben Salman avait comploté pour le tuer en 2018. Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salman a été accusé par Aljabri d’avoir ordonné son assassinat. On pense également que Bin Salman a ordonné le meurtre horrible du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2018. L’éminent journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été étranglé et son corps démembré par des agents saoudiens au consulat saoudien à Istanbul en 2018. La CIA a conclu qu’il avait probablement été assassiné sur ordre du prince héritier du royaume, Mohammed ben Salmane, que Khashoggi avait critiqué, Aljabri a immédiatement porté plainte contre le prince héritier MBS dès le début de l’interview.

Il a poursuivi en accusant MBS d’avoir commis de multiples atrocités et crimes, et a déclaré qu’il avait des preuves que le prince héritier déclarait qu’il voulait utiliser un «anneau empoisonné» pour tuer le roi Abdallah en place dès 2014. «Je m’attends à être tué un jour parce que [MBS] ne se reposera pas jusqu’à ce qu’il me voie mort», a déclaré Aljabri.

Un tribunal saoudien a emprisonné deux des enfants adultes de Saad Aljabri, Sarah et Omar, à la fin de l’année dernière pour blanchiment d’argent et complot en vue de s’échapper illégalement du royaume – une décision vue par de nombreux en représailles pour les crimes présumés d’Aljabri. Le gendre d’Aljabri a également été emprisonné et, selon le fils aîné d’Aljabri, Khalid, a été torturé par les autorités saoudiennes. «La première nuit où il a été kidnappé, il a reçu plus d’une centaine de coups de fouet. Il a été torturé. Il a été frappé sur le dos, sur les jambes», a déclaré Khalid à Pelley. «On lui a dit qu’il avait été détenu et torturé en tant que mandataire de son beau-père, c’est-à-dire mon père. Ils lui ont même posé une question : qui pensez-vous que nous devrions arrêter et torturer pour que le Dr Saad puisse revenir dans le royaume ? Le procès d’Aljabri affirme qu’une “kill team” a été envoyée pour lui au Canada seulement deux semaines après que la même équipe a tué Khashoggi en octobre 2018, mais que l’effort a été contrecarré par les responsables canadiens de la sécurité frontalière. Mais Aljabri lui-même fait actuellement l’objet d’un procès de plusieurs entreprises saoudiennes. La société liée à l’État Sakab Saudi Holding a accusé Aljabri en mars d’avoir détourné 3,47 milliards de dollars alors qu’il travaillait au ministère de l’Intérieur sous l’ancien prince héritier Mohamad Ben Nayef. Des sociétés d’État ont poursuivi Aljabri à Toronto pour des allégations similaires, ce qui a incité un tribunal canadien à geler les actifs d’Aljabri. L’ancien responsable du renseignement saoudien Saad Aljabri avec son fils Omar en 2016. Omar et Sarah Aljabri sont actuellement détenus dans une prison saoudienne pour blanchiment d’argent et complot pour échapper illégalement au royaume – une décision considérée par beaucoup comme des représailles pour les crimes présumés d’Aljabri.

 

Comments

//