noscript

Please Wait...

alqods2021

Battage médiatique US sur une résurgence terroriste alors que le Pentagone commence à se retirer d’Afghanistan

Battage médiatique US sur une résurgence terroriste alors que le Pentagone commence à se retirer d’Afghanistan
folder_openAsie access_time depuis 10 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Alors que le Pentagone déclare un retrait d’Afghanistan, la presse américaine exprime ses inquiétudes quant à une résurgence terroriste imminente, CNN agissant pratiquement comme un porte-parole d’«Al-Qaïda», amplifiant les menaces de ses terroristes.

Dans une «interview exclusive» très vantée publiée vendredi, CNN s’est entretenu avec deux prétendus «agents d’Al-Qaïda», jouant leurs menaces d’attaques renouvelées contre les États-Unis tout en tissant un lien avec le retrait d’Afghanistan.

«La guerre contre les États-Unis se poursuivra sur tous les autres fronts à moins qu’ils ne soient expulsés du reste du monde islamique», auraient déclaré les terroristes d’«Al-Qaïda» requérant l’anonymat.

CNN a ajouté que «la faction terroriste planifie un retour après que les forces américaines aient quitté l’Afghanistan.»

«L’Afghanistan redeviendra-t-il un havre de paix contre le terrorisme?» demanda le New York Times de son ton typiquement pensif, tandis que le Washington Post déclarait «Une fois que les troupes auront quitté l’Afghanistan, les États-Unis devront relever des défis pour maintenir leur capacité de lutte contre le terrorisme.» Le Los Angeles Times a également informé les lecteurs «Les troupes américaines quittent l’Afghanistan, mais Al-Qaïda demeure» et un autre article du Post – une chronique du faucon Marc Thiessen – est titré «Biden réalise la prophétie d’un cerveau d’al-Qaïda» en quittant le pays.

De concert avec les médias d’entreprise, l’État américain de sécurité nationale a également émis de terribles avertissements concernant la fin de la plus longue guerre américaine, le chef de la CIA de Biden, William Burns, déclarant au Congrès plus tôt ce mois-ci qu’il créerait un «risque considérable» du terrorisme accru dans la région. Le général Frank McKenzie, qui dirige le CENTCOM – le commandement militaire américain couvrant le Moyen-Orient et l’Asie centrale – a également fait valoir que la lutte contre les groupes terroristes deviendrait «plus fort» après le retrait.

 

 

//