noscript

Please Wait...

alqods2021

Vers un déploiement de soldats chinois en Afghanistan après le départ de l’Otan?

Vers un déploiement de soldats chinois en Afghanistan après le départ de l’Otan?
folder_openAsie access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Sputnik

Voisine de l’Afghanistan, la Chine est préoccupée par la situation sécuritaire dans ce pays qui risque de s’aggraver après le retrait prochain des militaires américains. Un expert chinois n’exclut pas que son pays puisse y déployer une mission de la paix à l’avenir.

Après que les États-Unis ont pris la décision de retirer définitivement leurs troupes d’Afghanistan, suivis par l’Otan, Pékin pourrait envisager d'y envoyer une force de maintien de la paix si la situation sécuritaire dans ce pays d'Asie centrale représente une menace pour la province chinoise voisine du Xinjiang, écrit le South China Morning Post.

Le journal rappelle qu’en 2018, la Chine a déjà formé des troupes afghanes et a aidé à mettre sur pied une brigade de montagne. La formation a eu lieu en Chine et le but de cette unité était de contrer d'éventuelles attaques d’«Al-Qaïda» et de «Daech».

Suite à l’annonce de Washington, Pékin considère la situation en matière de sécurité en Afghanistan comme «compliquée et grave», car «le terrorisme est loin d’être éradiqué». La diplomatie chinoise estime pour cette raison que les troupes étrangères en Afghanistan doivent «se retirer de manière responsable et ordonnée pour assurer une transition stable».

Interrogé sur ce sujet par le journal, Sun Qi, spécialiste des relations internationales à l'Académie des sciences sociales de Shanghai, souligne que les forces du gouvernement afghan ne sont pas capables d'assurer la sécurité et que le pays risque de plonger dans le chaos à l’avenir.

«Si la situation sécuritaire constitue une menace importante, la Chine peut envoyer des troupes de maintien de la paix ainsi qu'une assistance humanitaire dans la région conformément aux termes de la Charte des Nations unies pour assurer la sécurité et les intérêts de la population et des entreprises chinoises là-bas», a-t-il déclaré.

D’ailleurs, Joe Biden a lui-même promis mercredi d’appeler la Chine ainsi que le Pakistan, l’Inde, la Russie et la Turquie à faire plus pour soutenir l’Afghanistan.

Pékin, lui, a déjà confirmé avoir reçu une invitation pour assister à la conférence de paix afghane qui devrait se tenir à Istanbul du 24 avril au 4 mai.

Un redéploiement pour contenir la Chine?

D’après l’expert, il est très probable que ce retrait de troupes fasse partie d’un redéploiement global des forces américaines et que Washington veuille ainsi renforcer sa présence militaire dans les régions de l'Asie-Pacifique et de l'océan Indien, «dans le but de contenir la Chine».

En effet, un haut responsable américain a déjà confirmé à Reuters sous couvert d’anonymat que l'Afghanistan absorbait «une quantité de temps et d’attention disproportionnée» alors que «les vrais enjeux se jouent dans le Pacifique occidental».

Pour la diplomatie chinoise, les remarques de ce genre faites par Washington reflètent «une mentalité sinistre et profondément ancrée dans la guerre froide, ce qui est préjudiciable à la confiance mutuelle sino-américaine».

Un retrait définitif

Les États-Unis et l’Otan ont annoncé mercredi 14 avril la décision d’entamer le retrait de leurs forces d’Afghanistan à partir du 1er mai pour l’achever avant le 11 septembre. Cette annonce n’a pas été appréciée par les talibans qui considèrent que Biden viole l'accord que Donald Trump avait conclu avec eux à Doha en février 2020. Selon ce document, les troupes doivent quitter le pays avant le 1er mai. Le mouvement a déjà promis des problèmes à ceux qui ne retireront pas leurs militaires dans le délai fixé.

Comments

//