noscript

Please Wait...

Ramadan2021

Plus de 100 prisonniers de guerre libérés en Libye sur fond de réconciliation

Plus de 100 prisonniers de guerre libérés en Libye sur fond de réconciliation
folder_openAfrique access_time depuis 16 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AFP

La mission de l'ONU en Libye (Manul) a salué mercredi soir la libération plus tôt dans la journée de 120 prisonniers qui avaient combattu dans le camp de Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est du pays, en appelant à libérer les autres prisonniers de guerre.

La Manul s'est félicitée des «efforts entrepris par le gouvernement d'unité nationale pour la réconciliation nationale, lancés aujourd'hui avec la libération» de ce groupe dans la ville de Zawiya (Ouest).

Elle «espère que cette initiative constitue le début d'une réconciliation nationale», en appelant à «la libération de tous les détenus avant le début du mois sacré du Ramadan», prévu autour du 12 avril.

«L'avenir et le développement de la Libye sont liés à sa capacité à panser ses blessures par la réconciliation nationale», a commenté sur Twitter le Premier ministre à la tête du «gouvernement d'unité nationale» Abdelhamid Dbeibah.

Les détenus ont été libérés à l'issue d'une cérémonie organisée par les autorités de la ville située à 45 kilomètres à l'ouest de Tripoli et dont les combattants avaient participé à la défense de la capitale dès avril 2019.

Membres de la Brigade 107 loyale au maréchal Haftar, ils avaient été capturés près de Zawiya par des combattants de cette cité de l'Ouest libyen au début de l'offensive avortée visant à s'emparer de Tripoli.

Les combats entre les forces loyales de l'ancien «Gouvernement d'union nationale (GNA, reconnu par l'ONU et basé à Tripoli)» et celles du puissant militaire septuagénaire ont pris fin à l'été 2020.

Un cessez-le-feu est observé depuis octobre et un nouveau gouvernement unifié vient d'être mis sur pied, à l'issue d'un processus chapeauté par l'ONU, pour gérer la transition jusqu'à des élections nationales en décembre.

La cérémonie de mercredi, signe de cette embellie politique, a été ponctuée par de longs discours centrés sur le thème de l'unité et de la réconciliation.

«Reconstruire le pays»

Abdallah Ellafi, vice-président du Conseil présidentiel, a ainsi appelé à «aller de l'avant pour reconstruire le pays» et a prôné la «réconciliation nationale». «Nous ne devons pas transmettre la haine et la rancune à nos enfants», a-t-il insisté.

«C'est aujourd'hui que nous avons le plus besoin les uns des autres», a déclaré Moussa al-Koni, autre vice-président du Conseil présidentiel.

Le Conseil présidentiel, composé de trois membres, a été désigné en février par 75 responsables libyens de tous bords réunis à Genève, qui ont également choisi M. Dbeibah.

Entourée par d'importantes mesures de sécurité, la cérémonie de mercredi s'est déroulée au siège du club olympique de Zawiya, à l'initiative d'un groupe de dialogue local.

Les prisonniers, vêtus de longues chemises et sarouels blancs, coiffe blanche sur la tête, ont ensuite pu retrouver sous les youyous leurs familles qui les attendaient sur place.

Les membres de la Brigade 107 sont originaires de l'ouest du pays, notamment de Sorman et Sabratha, respectivement à 60 et 70 km de la capitale. Certains étaient encore mineurs lorsqu'ils avaient été recrutés pour combattre aux côtés des forces pro-Haftar.

En décembre 2020 et janvier 2021, les camps rivaux avaient procédé à un échange de plusieurs dizaines de prisonniers, conformément à l'accord de cessez-le-feu, facilité par une commission militaire conjointe composée de cinq membres de chaque camp.

Mercenaires

La Libye tente de s'extraire d'une décennie de conflit, depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, un chaos marqué par l'existence ces dernières années de pouvoirs rivaux, en Tripolitaine (Ouest) et Cyrénaïque (Est).

Mais la réconciliation en cours se heurte à la présence sur le sol libyen de milliers de mercenaires et militaires étrangers --estimés à 20.000 en décembre par l'ONU-- alors que le conflit a été largement alimenté par des puissances extérieures.

L'ONU et plusieurs pays réclament depuis des mois le départ des forces étrangères.

Dans un rapport publié mercredi, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a recommandé d'établir une «composante d'observateurs» de l'arrêt des hostilités au sein de la mission de paix Manul en Libye, parallèlement au «mécanisme de surveillance du cessez-le-feu» dirigé et contrôlé par les Libyens.

 

Comments

//