noscript

Please Wait...

Coronavirus: une partie de l’Europe se barricade, décès d’un volontaire des tests d’un vaccin

Coronavirus: une partie de l’Europe se barricade, décès d’un volontaire des tests d’un vaccin
folder_openAmériques access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Face à la résurgence du virus et aux cas de contamination qui explosent, notamment en République tchèque, en Espagne mais aussi en Allemagne, l’Europe se referme de plus en plus dans l’espoir de freiner la pandémie qui a déjà fait au moins 1 126 465 morts dans le monde.

Les mesures restrictives se multiplient en Europe face à la résurgence du coronavirus, à l’instar de la République tchèque, où le gouvernement a annoncé des restrictions aux déplacements des personnes ainsi que la fermeture de magasins et de services pour intensifier la bataille contre la maladie, à partir de jeudi et ce jusqu’au 3 novembre.

Ces mesures restrictives interviennent alors que, mardi, les Tchèques comptabilisaient de loin le plus grand nombre de nouveaux cas et de décès pour 100 000 habitants calculés sur les deux semaines précédentes.

De nouveaux départements en alerte maximale en France

En France, les nouvelles admissions en réanimation se sont encore accélérées mercredi, avec 284 entrées en 24 heures, selon Santé publique France. La tendance est inquiétante dans les hôpitaux, avec 2239 personnes au total en réanimation ou soins intensifs, donc dans un état grave. L'Île-de-France concentre à elle seule 30% de ces cas (672 patients), et l'Auvergne-Rhône-Alpes 16% (360 patients).

Le pays déplore désormais plus de 34.000 décès dus à la maladie, 34.048 exactement, soit 166 de plus que la veille.

Le Premier ministre Jean Castex va annoncer jeudi qu'un «certain nombre de départements basculeront en alerte maximale» face à la progression de l'épidémie du Covid-19, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Signe de l'inquiétude de l'exécutif, c'est le Premier ministre, et non le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui tiendra ce point presse jeudi à 17 heures, même si M. Véran ainsi que la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, et le secrétaire d'État Cédric O seront également présents.

Dix mille cas en moins de 24 heures en Allemagne

La situation s'aggrave également en Allemagne, où, pour la première fois depuis le début de la pandémie, le nombre de nouvelles infections au Covid-19 a dépassé les 10.000 cas en moins de 24 heures, selon des données officielles publiées jeudi.

L'Allemagne a ainsi comptabilisé 11.287 cas, un chiffre en nette augmentation de près de 3.700 par rapport à la veille, qui dépasse largement le précédent record de vendredi dernier fixé à 7830 nouvelles infections enregistrées par l'institut de veille sanitaire Robert Koch.

Couvre-feu instauré dans deux régions italiennes

Dans deux régions d’Italie, la Lombardie, région septentrionale la plus touchée par la pandémie, et la Campanie au sud où se trouve Naples, on se prépare à mettre en place une autre mesure pour faire face à la nouvelle flambée des cas de Covid-19: le couvre-feu.

Celui-ci sera en vigueur en Lombardie à partir de jeudi, de 23 heures à 5 heures, pour trois semaines.

Le président de la Campanie, Vincenzo De Luca, a lui annoncé le début du couvre-feu pour vendredi 23 heures dans cette région méridionale.

Les Irlandais reconfinés

Les Irlandais sont assignés à résidence pour six semaines depuis mercredi minuit, une première dans l'UE depuis le printemps, mais les écoles resteront ouvertes.

Les commerces non essentiels fermeront et les Irlandais ne pourront sortir de chez eux pour faire de l'exercice que dans un rayon de cinq kilomètres, sous peine d'amendes.

L’Espagne franchit le seuil du million de cas

L'Espagne est pour sa part devenue le premier pays membre de l'Union européenne – et le 6e au monde – à franchir le cap du million de cas de nouveau coronavirus (1.005.295).

Selon le bilan quotidien du ministère de la Santé, le pays a recensé 16.973 nouveaux cas et 156 décès sur les dernières 24 heures, portant le total à 34.366 morts.

La liste des localités et régions espagnoles partiellement bouclées s'est allongée avec l'ajout de la grande ville de Saragosse et de la région viticole de La Rioja.

Ces cordons sanitaires interdisent l'entrée ou la sortie de la zone concernée sauf pour des raisons essentielles, à l'instar du bouclage déjà en vigueur à Madrid et huit communes voisines depuis début octobre.

Plus de 1,12 million de morts dans le monde

Au niveau mondial, la pandémie a fait au moins 1.126.465 morts depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon le dernier bilan établi par l'AFP.

Plus de 40.856.210 cas de contamination ont été diagnostiqués.

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 221.930 morts, suivis par le Brésil (155.403 morts), l'Inde (115.914), le Mexique (86.993) et le Royaume-Uni (43.967).

Décès d'un volontaire des tests d'un vaccin

Et l'espoir d'un vaccin efficace a été assombri par la mort d'un volontaire au Brésil. Un volontaire ayant participé aux tests du vaccin élaboré par l'université d'Oxford contre le Covid-19 est mort au Brésil, ont annoncé des sources officielles mercredi, sans préciser s'il avait reçu le vaccin ou un placebo.

Il s’agit du premier décès d’un volontaire prenant part aux tests d’un des nombreux essais de vaccin en cours dans le monde. L’agence Bloomberg et le journal brésilien O Globo ont dit avoir obtenu la confirmation par des sources anonymes liées à ces tests que la victime avait reçu une dose de placebo et non du vaccin en cours d’élaboration. Lors de ces tests en phase 3, la dernière avant l’homologation, un placebo est injecté à la moitié des volontaires, désignés comme «groupe de contrôle».

Oxford a assuré que la phase 3 des tests de ce vaccin développé avec le laboratoire AstraZeneca allait se poursuivre. «Après l’analyse de ce cas au Brésil, il n’y a eu aucune inquiétude quant à la sécurité de ces tests cliniques et le comité indépendant, ainsi que l’agence régulatrice brésilienne, ont recommandé la poursuite de ces tests», a expliqué l’université dans un communiqué. AstraZeneca a dit ne «pas pouvoir commenter de cas individuels», mais «confirme que tous les protocoles ont été suivis».

Le Brésilien mort a été identifié par plusieurs médias comme étant un médecin de 28 ans qui était en première ligne du combat contre la pandémie. Il serait mort de complications liées au Covid-19. Il travaillait dans deux hôpitaux de Rio de Janeiro et avait été diplômé de la faculté de médecine l’an dernier. L’agence régulatrice brésilienne Anvisa a confirmé avoir été «avertie de ce cas le 19 octobre» et avoir reçu le rapport de la commission indépendante.

Quelque 20 000 volontaires ont pris part à ces tests dans plusieurs pays, dont 8 000 au Brésil, deuxième pays le plus touché par le virus, avec près de 155 000 morts.

Comments

//