noscript

Please Wait...

Coronavirus: situation critique aux États-Unis, lourd bilan au Mexique

Coronavirus: situation critique aux États-Unis, lourd bilan au Mexique
folder_openAmériques access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le président américain Donald Trump a pour la première fois reconnu mardi que les Etats-Unis subissaient une hausse «inquiétante» des contagions dans une partie du pays, alors que le Mexique voisin vient de dépasser les 40 000 morts des suites de l'épidémie qui a fait jusqu’à présent plus de 610.000 morts dans le monde.

L'épidémie de coronavirus touche encore de plein fouet l'Amérique du Nord. Les États-Unis ont, pour le huitième jour d'affilée, enregistré plus de 60 000 nouveaux cas de contamination au coronavirus en l'espace de 24 heures, selon le comptage mardi à 20 h 30 (heure locale) de l'université Johns-Hopkins.

Les 68 524 nouvelles infections relevées sur une journée portent à plus de 3,89 millions le nombre total de cas positifs dans le pays depuis le début la pandémie, apparue en décembre en Chine avant de se propager dans le reste du monde.

Le Covid-19 y a par ailleurs causé la mort de 961 personnes au cours des dernières 24 heures, pour un total de 141 883 décès, selon l'université basée à Baltimore, dont les bilans font référence.

«Que vous aimiez les masques ou pas, ils ont un impact»

De loin le pays le plus touché au monde en valeur absolue, les États-Unis, après avoir connu une amélioration vers la fin du printemps, voient depuis plusieurs semaines l'épidémie repartir à la hausse, notamment dans le sud et l'ouest du pays.

«Cela va sûrement, malheureusement, empirer avant de s'améliorer», a déclaré mardi Donald Trump à la Maison-Blanche lors de sa première conférence de presse depuis avril sur la crise sanitaire.

Le président américain a pour la première fois clairement recommandé le port du masque «quand la distanciation physique n'est pas possible», demandant également aux Américains de se laver les mains. «Que vous aimiez les masques ou pas, ils ont un impact».

«Nous implorons les jeunes Américains d'éviter les bars bondés et les rassemblements en lieux clos bondés», a-t-il ajouté, rompant avec l'optimisme qui caractérisait jusqu'à présent ses commentaires sur la crise sanitaire, alors que les Américains désavouent sa gestion de la pandémie, selon de multiples sondages.

Lourd bilan au Mexique

Au sud de la frontière, le bilan de la pandémie de coronavirus au Mexique a dépassé les 40 000 morts, a annoncé mardi le secrétariat mexicain à la Santé.

«Décès: 40 400», signale le point quotidien du secrétariat à la Santé sur l'évolution de la maladie, qui indique que 915 nouveaux décès ont été enregistrés ces 24 dernières heures. Le premier cas de contamination au Mexique avait été détecté le 28 février.

Le Mexique, avec 127 millions d'habitants, a le deuxième plus grand nombre de morts en Amérique latine après le Brésil, qui compte 80 000 morts. Il se situe au 4e rang de tous les pays du monde en nombre de décès liés au Covid-19 derrière les États-Unis, le Brésil et le Royaume-Uni.

Cette semaine, le président Manuel Lopez Obrador a promis d'améliorer les normes de santé dans le pays pour l'aider à lutter contre la menace du virus.

La capitale mexicaine était l'épicentre du virus. Mardi, elle a enregistré 64 431 cas confirmés et 8 354 décès cumulés.

La situation continue de s'aggraver en Amérique latine

Le tableau est également toujours sombre en Amérique du Sud, surtout au Brésil, deuxième pays le plus touché dans le monde, où le cap des 80.000 morts a été franchi lundi. Le président Jair Bolsonaro a contracté le virus, tout comme plusieurs membres de son gouvernement, et se trouve en quarantaine.

Ce pays est devenu mardi le premier pays à lancer les tests de phase III du vaccin chinois Coronavac contre le coronavirus, a annoncé à l'AFP le laboratoire Sinovac Biotech.

En Colombie, le bilan a dépassé mardi les 7.000 morts, a annoncé le ministère de la Santé.

Les autorités sanitaires en Bolivie font état d'une «escalade très rapide» du virus, notamment à La Paz. Dans la capitale, des malades meurent à leur domicile ou aux portes des hôpitaux qui sont saturés, selon des témoignages publiés sur les réseaux sociaux.

Plus de 610.000 morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 610.604 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à 11H00 GMT.

Plus de 1.4736.138 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 140.909 décès, devant le Brésil (80.120), le Royaume-Uni (45.312), le Mexique (39.485) et l'Italie (35.058).

La Suède, qui affiche déjà un des bilans les plus lourds par habitant dans le monde, a jugé mardi probable un scénario prévoyant 3.000 décès supplémentaires.

La circulation du virus augmente en France

Dans ce contexte de reprise de l'épidémie ou d'apparition de nouveaux foyers, plusieurs pays renforcent leurs mesures sanitaires, à l'image de l'Autriche, où le port du masque sera à nouveau obligatoire vendredi dans les supermarchés, au guichet des banques et à la poste.

La France comptait mardi 208 foyers de coronavirus actuellement actifs, selon la Direction générale de la Santé, qui relève que «la circulation du virus est en augmentation».

Depuis le 9 mai, 547 cas groupés (clusters) ont été détectés mais 339 clôturés, relève la Direction générale de la santé.

Les chiffres sont «inquiétants» et la France peut «basculer» dans une situation comme celle qui sévit en Catalogne, a averti le président du Conseil scientifique chargé de conseiller le gouvernement.

En Espagne, près de 15 % des bars, hôtels et restaurants -soit 40.000 établissements- ont déjà fermé définitivement, plombés par le manque de touristes ou d'employés de bureau, a indiqué mardi l'organisation patronale représentant le secteur.

Inquiétude en Afrique

La situation sanitaire en Afrique --jusqu'à présent le deuxième continent le moins endeuillé, avec plus de 15.000 morts -- suscite également l'inquiétude.

Dans la capitale de Madagascar, Antananarivo, les principaux hôpitaux sont submergés par l'afflux de patients atteints de Covid-19. Les lits commencent à manquer.

A l'hôpital Andohotapenaka, «on ne reçoit plus que des cas graves», a déclaré mardi à l'AFP son directeur, Nasolotsiry Raveloson. «Il ne reste plus que quatre places disponibles» sur un total de 50, a-t-il précisé.

Levée de l'état d'urgence en RDC

La République démocratique du Congo a officialisé mardi soir la levée de «l'état d'urgence sanitaire», avec une reprise des activités en trois étapes, dont la réouverture des frontières le 15 août.

Les autorités ont annoncé «à partir de ce 22 juillet la reprise des activités commerciales, magasins, banques, restaurants, cafés, bars, entreprises», ainsi que «la reprise des rassemblements, réunions et célébrations, des transports en commun».

La reprise des écoles et des universités est fixée «à partir du 3 août», viendront ensuite, «à partir du 15 août, la réouverture des églises et lieux des cultes, la reprise des mouvements migratoires inter-provinciaux, et l'ouverture des ports, aéroports et frontières».

Record en Iran

Dans le même contexte, toute personne désirant se rendre en Chine en avion devra désormais présenter avant le départ un test négatif réalisé dans les cinq jours précédant le décollage.

Au Moyen-Orient, l'Iran a annoncé mardi avoir enregistré 229 décès liés au nouveau coronavirus en 24 heures, un chiffre record depuis les débuts mi-février de l'épidémie dans ce pays, le plus touché dans la région.

Comments

//