noscript

Please Wait...

Premier anniversaire du martyre du général Soleimani

Hong Kong : Carrie Lam, interrompue par l’opposition, renonce à un discours au Parlement

Hong Kong : Carrie Lam, interrompue par l’opposition, renonce à un discours au Parlement
folder_openAsie access_timedepuis un année
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AFP

La chef de l’exécutif hongkongais a été chahutée mercredi par des parlementaires, au milieu de scènes chaotiques au sein du Parlement local.

La chef de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, a été contrainte, mercredi 16 octobre, d’interrompre son discours de politique générale après avoir été chahutée par des parlementaires, au milieu de scènes chaotiques au sein du Parlement local.

Le discours de politique générale de Carrie Lam, qui exclut de démissionner comme le réclament les manifestants «prodémocratie», était présenté comme une tentative pour reconquérir la confiance de la population après plus de quatre mois d’une crise politique sans précédent. Elle devait annoncer une série de mesures, principalement en matière d’immobilier.

Des parlementaires «prodémocratie» ont hué Carrie Lam et scandé « Cinq demandes, pas une de moins ! », l’un des slogans des contestataires, en référence à leurs cinq revendications parmi lesquelles l’instauration du suffrage universel et une enquête indépendante sur la répression menée par la police lors des manifestations. L’un d’eux a même projeté des slogans du mouvement de protestation avec un projecteur de poche sur le mur situé derrière Carrie Lam, qui se tenait debout sur un podium.

Après avoir échoué une seconde fois à prononcer son allocution, la dirigeante a quitté le bâtiment en compagnie de sa garde rapprochée. Ses services ont déclaré que le discours de la chef de l’exécutif serait diffusé ultérieurement dans une vidéo préenregistrée.

Après des mois de crise politique et de violentes manifestations, la pression sur les épaules de Carrie Lam est importante, alors que son niveau de popularité est historiquement bas. L’annonce d’une batterie de mesures économiques et sociales était notamment attendue afin d’apaiser une partie de la colère de la population hongkongaise.

Mais, comme Pékin dont elle est proche, elle a refusé à de nombreuses reprises les revendications des manifestants. Et le retrait du texte à l’origine de la contestation, au début de septembre, n’a pas calmé les ardeurs de nombreux Hongkongais.

 

Comments

//