noscript

Please Wait...

Gaza : trois policiers tués dans les attaques à la bombe de la nuit

Gaza : trois policiers tués dans les attaques à la bombe de la nuit
folder_openPalestine access_time depuis 18 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

La bande de Gaza était en « état d’alerte » mercredi après des attentats à la bombe dans lesquels au moins trois policiers ont été tués, renforçant les tensions dans La bande palestinienne sous blocus israélien et dirigée par le Hamas.

« Les services de sécurité à Gaza ont sous la main des premières informations concernant ce crime odieux et leurs auteurs et poursuivent leurs enquêtes afin d'établir les circonstances exactes (...) de ces attentats à la bombe », a indiqué le ministère de l'Intérieur à Gaza, ajoutant que la bande était en « état d'alerte ».

Les autorités, qui avaient évoqué dans la nuit des « explosions » d'origine indéterminée, ont fait passer le bilan des attaques, survenues contre des check-points de la police dans la ville de Gaza, de deux à trois morts, en plus de trois blessés.

Des témoins ont déclaré à l'AFP qu'il s'agissait d'attentats suicide menés par des kamikazes à moto. Le ministère de l'Intérieur n'a pas confirmé ces informations, mais selon une source proche de l'enquête, « les soupçons pèsent du côté des salafistes (extrémistes, NDLR) ».

Il s'agirait des premiers attentats suicide dans la bande de Gaza en plus de deux ans.

D'après le ministère de l'Intérieur, deux policiers ont été tués et une autre personne blessée dans le quartier de Tal al-Hawa dans la ville de Gaza. Dans la deuxième attaque, un policier a été tué et deux personnes blessées sur une route longeant la mer dans cette même ville.

Des journalistes de l'AFP ont constaté une présence renforcée des hommes du Hamas sur les axes principaux de la bande palestinienne, coincée entre « Israël », l'Egypte et la Méditerranée.

« Les attentats visent à saper la stabilité de Gaza et ne servent que les intérêts d'Israël », a affirmé le chef du bureau politique du Hamas, Ismaël Haniyeh.

« Nous demandons à la population de se rallier derrière nos services de sécurité et de les soutenir afin de pouvoir rétablir l'ordre », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les trois policiers décédés, considérés comme des « martyrs » par le Hamas, se nomment Salama Majid al-Nadim, 32 ans, Wael Moussa Mohammed Khalifa, 45 ans, et Alaa Ziad al-Gharabli, 32 ans, a précisé le ministère gazaoui. Leurs funérailles sont prévues mercredi après-midi.

Comments

//