noscript

Please Wait...

achoura2019

Des milliers de Soudanais dans la rue en hommage aux manifestants tués

Des milliers de Soudanais dans la rue en hommage aux manifestants tués
folder_openAfrique access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Des milliers de Soudanais se sont rassemblés jeudi à Khartoum pour rendre hommage aux dizaines de manifestants tués dans la répression du mouvement de contestation au Soudan. Déclenché il y a sept mois, il avait poussé au départ du président Omar el-Béchir.

Les rassemblements ont eu lieu au lendemain de la signature d'un accord sur le partage du pouvoir entre le Conseil militaire qui a succédé à Béchir et les chefs de la contestation, premier pas vers un gouvernement civil, la principale revendication des manifestants.

Les pourparlers doivent reprendre vendredi pour finaliser des points sur lesquels les deux camps restent en désaccord.

Venus de plusieurs quartiers de Khartoum et brandissant des drapeaux du Soudan, hommes, femmes et enfants se sont dirigés vers l'un des plus grands parcs de la capitale soudanaise, en scandant «Régime civil, régime civil!» et «Liberté, paix, justice!», selon des témoins.

Gaz lacrymogènes

La police anti-émeute a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser un rassemblement devant une gare routière du centre de Khartoum, ont ajouté d'autres témoins.

«Les manifestants dispersés tentent de se mobiliser à nouveau et poursuivent le rassemblement. C'est comme s'ils jouaient au chat et à la souris», a déclaré un témoin à l'AFP.

De nombreux manifestants arrivés près du parc «Green Yard» étaient en larmes et criaient des slogans à la mémoire des manifestants tués.

C'est l'Association des professionnels soudanais (SPA), l'un des principaux mouvements de la contestation, qui a appelé au rassemblement en «hommage aux honorables martyrs de la révolution de décembre».

Contestation contre le pouvoir

Le mouvement de contestation a été déclenché le 19 décembre par le triplement du prix du pain dans un pays pauvre à l'économie exsangue.

Les manifestations se sont rapidement transformées en contestation contre le pouvoir du général Béchir, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant près de trois décennies avant sa destitution et arrestation par l'armée le 11 avril.

Epicentre de la contestation, un sit-in de milliers de manifestants installés depuis le 6 avril devant le QG de l'armée à Khartoum pour réclamer un pouvoir civil, a été brutalement dispersé le 3 juin.

Depuis cette date, la répression a fait environ 140 morts, dont une centaine dans la seule dispersion du sit-in, selon un comité de médecins proche de la contestation. Les autorités parlent de 71 morts.

Des dizaines d'autres personnes avaient été auparavant tuées dans la répression des manifestations depuis décembre.

Comments

//