noscript

Please Wait...

achoura2019

Sayed Nasrallah: ’Palestiniens et Libanais doivent prendre des mesures rapides pour rejeter l’implantation des réfugiés qui sera imposée à Bahrein’

Sayed Nasrallah: ’Palestiniens et Libanais doivent prendre des mesures rapides pour rejeter l’implantation des réfugiés qui sera imposée à Bahrein’
folder_openleaders access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé ce samedi un discours télévisé à l'occasion de la fête de la résistance et de la libération. Voici les idées principales de son discours:

 

"Que la paix de Dieu soit sur vous. Nous célébrons aujourd'hui la fête de la résistance et de la libération. Cette occasion du 25 mai 2000 est celle de la fête de la libération et de l'expulsion de l'ennemi et de ses agents du sud Liban. Je vous félicite pour cette victoire grandiose.

Vendredi prochain, nous célèbrerons la journée d'al-Qods, et ça va être une cérémonie populaire à laquelle j'appelle à une grande participation.

Pourquoi? Vous avez entendu parler de la décision US de lancer le deal du siècle à la fin du mois du ramadan. Nous allons faire preuve de solidarité avec le peuple palestinien et montrer notre attachement à cette cause palestinienne qui subit le plus grand complot de liquidation, profitant des divisions et des séquelles du soi-disant printemps arabe.

 

Je voudrais aviser les peuples de la région de la position unie palestinienne: l'Autorité, les factions de résistance et le peuple tous confondus, qui ont rejeté le congrès économique qui se tiendra à Bahrein et qui vise à affaiblir la cause palestinienne. C'est la position du roi contre le deal du siècle.

Nous saluons aussi la position des oulémas et du peuple bahreini qui rejettent que leur pays héberge la première étape du deal du siècle.

 

 Je voudrai parler de l'occasion de la libération du sud et ses effets sur le Liban et la Syrie. Nous célébrons une journée historique qui a changé la face de la région. La victoire du 25 mai 2000 a eu des répercussions stratégiques sur l'équation du conflit dans la région. Nous remercions les combattants de toutes les factions qui ont consenti des sacrifices, les détenus dans les prisons sionistes, les blessés, la population qui a beaucoup enduré et les partisans de la résistance, toute résistance libanaise, les factions palestiniennes, l'armée syrienne et les institutions militaires libanaises. Nous remercions l'Iran et la Syrie pour leur soutien politique historique à notre résistance.

Parmi les effets de cette victoire: l'imposition de l'équation de force au Liban. Cette victoire a montré qu'au Liban, l'ennemi a dû se retirer humilié de nos terres et toutes les allégations sur l'application de la résolution 425 n'étaient qu'une illusion qui a rapidement été dévoilé.

Grâce à cet exploit, le Liban est devenu un acteur clé dans la région, et c'est que l'admet l'ennemi israélien tant sur le plan des déclarations politique que sur le plan des mesures militaires et sécuritaires.

Le monde entier a reconnu la force du Hezbollah et les grandes puissances ont toujours cherché à en finir avec notre résistance.

Aujourd'hui, les Israéliens confirment que le Hezbollah constitue un danger stratégique central dans le but de provoquer le monde contre nous.

Ce danger est pour une force de dissuasion et une force de prévention de toute attaque sioniste contre le Liban.

Le Hezbollah empêche l'ennemi de mettre en application ses menaces. 

Les aspirations ennemies contre notre pays demeurent grandes mais le Hezbollah l'empêche de les réaliser.

 

Les Libanais doivent savoir l'importance de protéger cette force qui garantit sa sécurité, sa souveraineté et ses richesses. Figurez-vous qu'elle aurait été la situation du pays si la résistance et la force du Hezbollah n'existait pas? Trump certainement aurait offert le sud Liban à Israël.

Nous devons protéger cette force contre les attaques ennemies, puisque c'est elle qui garantit nos intérêts pour demeurer forts. Dans ce monde, il n'y a de place que pour les forts, les faibles sont des victimes qui doivent payer de l'argent et dont on se débarrasse en fin de compte.

 

1- Dans ce 19ème anniversaire de la résistance et de la libération, nous devons réitérer notre attachement aux fermes de Chebaa et aux collines de Kfarchouba, quel que soit le prix à payer. Et ceci a été confirmé par le président Michel Aoun et par l'armée dans son communiqué.

 

2- la délimitation des frontières et l'attachement aux ressources dans les eaux et le sol libanais. Nous soutenons la position libanaise dans les pourparlers indirects en cours avec la partie sioniste. Sachez que le Liban n'est pas dans une position de faiblesse face à l'ennemi. L'ennemi sait bien que le Liban est capable de l'empêcher d'extraire le pétrole de la mer.

 

3- Le congrès économique attendu à Bahrein ouvrira grandes les portes à l'implantation des palestiniens au Liban et ailleurs. Les Libanais sont unanimes à rejeter l'implantation des Palestiniens, tout comme les frères palestiniens qui sont attachés au droit au retour. Dans cette période, le danger de l'implantation grandit rapidement. Pour cette raison, j'appelle à une réunion entre les dirigeants libanais et les représentants palestiniens pour prendre des mesures rapides face à cette décision internationale. Nous devons adopter un plan commun pour confronter les dangers de l'implantation, et nous sommes prêts à faire tout le possible pour repousser ce danger.

 

4- de même, tous les Libanais sont unanimes à aider au retour des déplacés syriens à leur pays. Mais la véritable raison qui entrave le retour des réfugiés est politique, et est liée à la présidentielle en Syrie. Les USA, les pays occidentaux et les pays du Golfe ne veulent pas le retour des réfugiés avant la présidentielle en Syrie. Donc, c'est une raison politique qui entrave ce retour.

L'Etat syrien veut le retour des Syriens à leur pays, et c'est ce que j'ai entendu personnellement du président Assad. Alors l'Etat libanais ne doit pas fléchir devant les pressions extérieures, et ne doit pas empêcher les Syriens de rentrer chez eux. Aucune partie libanaise n'ose déclarer son soutien à l'implantation des Syriens.

Maintenant, l'Etat libanais a la responsabilité de débattre de cette question, et tout le monde réalise que le facteur politique entrave ce retour.

 

5- Pour ce qui est du budget de l'Etat et de la lutte contre la corruption. Lors des législatives, nous avons dit que nous nous attelons à combattre la corruption pour protéger les ressources de l'Etat. Mais ceci nécessite du temps et de la patience parce qu'il nous faut de la collecte des renseignements et des enquêtes. Ceci signifie que tout le monde doit déployer ses efforts pour lutter contre la corruption enracinée dans la conscience au Liban.

Nous ferons une partie essentielle de cette bataille.

 

Le Hezbollah a réussi à créer un climat positif et national au sujet de la lutte contre la corruption, et ceci est un exploit préliminaire dans ce dossier. Nous avons reporté les débats et la présentation des dossiers de corruption devant la justice en raison des débats sur le budget. Prochainement, nous recommencerons notre action.

Nous nous attendons à de bons résultats liés à la lutte contre la corruption. Nos ministres exercent aussi leur responsabilité dans leurs ministères pour en finir avec la corruption dans leurs départements.

A tout libanais possédant des informations sur la corruption, je vous appelle à nous faire part de celles-ci.

Et j'appelle les autres forces politiques à faire de même dans leurs ministères pour stopper le gaspillage de l'argent public.

 

D'autres mesures et d'autres questions cruciales liées à ce sujet doivent être tranchées prochainement. Le vote au budget qui a enfin été adopté permettra aussi de lutter contre la corruption dans le pays.

 

Nous avons été sérieux dès les premiers jours de la campagne visant à lutter contre la corruption. Nous avons conseillé de limiter les débats dans l'enceinte du gouvernement, loin des médias. Nous attendons la dernière séance qui se tiendra à Baabda, nous n'allons pas entraver l'adoption du budget. Mais au parlement, nous aurons l'occasion d'afficher notre position et notre rejet contre les taxes et les impôts qui touchent les classes populaires pauvres.

 

Nous espérons que le budget ira rapidement au parlement et nous devons poursuivre les débats sur les réformes. Nous devons aussi commencer à étudier le budget 2020.  

 

A nouveau, je vous félicite pour cette victoire historique qui a jeté les fondements aux victoires suivantes et qui a fermé les portes aux défaites, comme le dernier soldat sioniste a fermé la porte frontalière au sud.

 

Notre attachement à notre souveraineté protègera notre pays et ses ressources. Le Liban ne retournera nullement à l'époque israélienne et certes il ne sera pas du camp américain".   

 

//