noscript

Please Wait...

achoura2019

Trump prive Ankara de son statut commercial préférentiel, la Turquie s’insurge

Trump prive Ankara de son statut commercial préférentiel, la Turquie s’insurge
folder_openAmériques access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Sputnik

La suppression du statut commercial préférentiel de la Turquie, mise en œuvre par Donald Trump, va à l’encontre des objectifs que s’étaient donnés les deux pays, a affirmé la ministre turque du Commerce. La décision de Washington intervient en période de graves tensions entre les deux États en lien avec l’achat de S-400 russes par Ankara.

La Turquie a réagi à la décision de Donald Trump de mettre fin à la participation de la Turquie au Système généralisé de préférences (SPG). Ce statut commercial préférentiel permettait à la Turquie d’exporter aux États-Unis des produits libres de droits de douane. Cependant, Washington a réduit de moitié les droits de douane sur les importations d’acier, imposées à la Turquie en 2018. L’initiative de Washington intervient dans une période de tensions entre les deux pays à la suite de l’achat par la Turquie de systèmes S-400 russes, ce qui a provoqué des menaces de sanctions de la part des États-Unis.

« La décision des États-Unis d’exclure la Turquie du SPG va à l’encontre de l’objectif d’atteindre 75 milliards de dollars de volume des échanges commerciaux annoncé par les gouvernements des deux pays. Les barrières dans les échanges bilatéraux avec les États-Unis affectent non seulement les entreprises turques mais également les entreprises américaines », a déclaré via Twitter Ruhsar Peckan, la ministre turque du Commerce.

Ruhsar Peckan a fait remarquer qu’Ankara défendait « un système de commerce mondial juste, stable et fondé sur une règlementation » et qu’elle allait continuer de soutenir l’augmentation du volume des échanges commerciaux avec les États-Unis qui est un « partenaire commercial important ».

La ministre a d’ailleurs félicité la décision de Washington de réduire les droits de douane sur l’acier importé de la Turquie à 25% avant de rajouter que l’espérance d’Ankara « résidait dans l’élimination de tous les obstacles pour le commerce bilatéral ».

Auparavant, Ankara avait annoncé qu'il n'abandonnerait pas l'achat de S-400 russes et que le premier lot de systèmes de défense aérienne serait livré en juillet. En réponse, les États-Unis menacent la Turquie de sanctions. Ils ont répété à plusieurs reprises qu'ils pouvaient retarder ou annuler le processus de vente des F-35 à Ankara, l'un des participants au programme international américain F-35. La Turquie a également déclaré à maintes reprises que les S-400 ne constituaient pas une menace pour les F-35 américains.

Comments

//