ACTUALITÉSEuropeFrance Infos d’ALAHED:Armes françaises au Yémen: 17 ONG dénoncent des «menaces» sur la liberté de la presse

Please Wait...

Armes françaises au Yémen: 17 ONG dénoncent des «menaces» sur la liberté de la presse

folder_openFrance access_time depuis 5 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AFP

Dix-sept ONG ont dénoncé lundi les «menaces pesant sur la liberté de la presse» après la convocation par les services de renseignement français de trois journalistes ayant enquêté sur l'utilisation d'armes françaises au Yémen. Cette convocation «constitue une atteinte inacceptable à la liberté de la presse et la protection des sources journalistiques», soulignent notamment Amnesty international, la Fédération Internationale des Ligues Droits de l'Homme (FIDH), Human Right Watch, les ONG Médecins du monde et Action contre la faim, le Collectif Solidarité Yémen ou encore l'association Sherpa.

La justice française a ouvert une enquête fin 2018 pour «compromission du secret de la défense nationale» après la transmission au nouveau média d'investigation français en ligne Disclose d'une note classée «confidentiel défense», évoquant l'utilisation d'armes françaises au Yémen.

Au moins trois journalistes ayant participé à cette enquête, Geoffrey Livolsi et Mathias Destal de Disclose, ainsi que Benoît Collombat de la cellule investigation de Radio France, ont été convoqués en vue d'une audition libre dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Ils doivent être entendus ce mardi et ce mercredi, selon les associations.

Les ONG signataires estiment que les informations révélées par Disclose et ses partenaires «sont d'un intérêt public essentiel» et demandent aux ministres français de l'Intérieur, des Armées et des Affaires étrangères de «cesser les intimidations contre la presse et de respecter le secret des sources».

La note en question - un rapport d'une quinzaine de pages révélé le 15 avril dernier par Disclose qui dit l'avoir reçu en octobre 2018 - aurait été rédigée le 25 septembre 2018 par la direction du renseignement militaire (DRM).

Elle répertorie notamment les armes vendues par la France qui seraient déployées par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis au Yémen, théâtre d'une offensive qui a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires.

Paris est régulièrement mis en cause, notamment par la presse et des ONG, pour ses ventes d'armement à destination de Ryad et d'Abou Dhabi. Jusqu'ici, la ligne invariablement avancée par Paris est que ces armements ne sont utilisés que de manière défensive «et pas sur la ligne de front». Alors que des recours avaient été déposés la semaine dernière en France pour empêcher le chargement de nouvelles armes à bord d'un cargo saoudien depuis le port du Havre, le président français a dit le 9 mai «assumer» la vente d'armes françaises à l'Arabie saoudite, assurant avoir la «garantie» qu'elles «n'étaient pas utilisées contre des civils» au Yémen.

Comments

// -0.19371