Please Wait...

La Corée du Nord annonce un essai de frappe « à longue portée »

folder_openAsie access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Sputnik

Le lendemain du tir de deux projectiles qualifiés par l’armée sud-coréenne de « missiles de courte portée », la Corée du Nord a révélé qu’il s’agissait d’un essai de frappe « à longue portée », sans préciser le type d'arme testé.

La Corée du Nord a annoncé vendredi 10 mai avoir procédé à un essai de frappe « à longue portée ». Cette annonce contredit des informations de l'armée sud-coréenne, selon qui les armes testées jeudi sont deux missiles à courte portée qui ont parcouru respectivement 270 et 420 kilomètres.

« Le leader suprême Kim Jong-un a pris connaissance d'un plan pour mener un exercice […] à l'aide de plusieurs moyens de frappe à longue portée, et a donné l'ordre de procéder à l'exercice », a rapporté l'agence officielle nord-coréenne KCNA, sans préciser le type d'arme testé et se gardant notamment d'employer le mot « missile ».

Cet essai nord-coréen a eu lieu au moment même où Stephen Biegun, représentant spécial américain pour la Corée du Nord, était en visite à Séoul.

Assurant étudier la situation « très sérieusement », Donald Trump s'est ouvertement interrogé sur sa volonté de négocier sérieusement sur la dénucléarisation de la péninsule.

« Personne n'est content de ce qui s'est passé », a-t-il affirmé en évoquant lui aussi des « missiles de courte portée ». « La relation se poursuit, mais nous verrons », a-t-il ajouté, cité par l'AFP, affirmant avoir le sentiment que les Nord-Coréens n'étaient pas véritablement « prêts à négocier ».

Cette annonce intervient également quelques jours après que la Corée du Nord « a lancé plusieurs projectiles à courte portée » depuis la péninsule de Hodo, près de la ville côtière de Wonsan, en direction du nord-est entre 09h06 (00h06 GMT) et 09h27 le 4 mai. Dans un premier temps, le haut commandement militaire sud-coréen avait fait référence à des «missiles». Les projectiles ont parcouru entre 70 et 200 kilomètres au-dessus de la mer du Japon, avait-il précisé. Selon le ministère nippon de la Défense, aucun n'a a priori survolé le Japon.

Comments

//