Please Wait...

Brexit: la France appelle le Royaume-Uni à faire des propositions

folder_openEurope access_timedepuis 5 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

La ministre française chargée des Affaires européennes Nathalie Loiseau a appelé jeudi Londres à faire des propositions pour sortir de l'impasse sur le Brexit, tout en réaffirmant que l'accord de retrait ne pouvait être renégocié.

Mme Loiseau est jeudi au Royaume-Uni, où elle doit notamment s'entretenir avec le ministre chargé du Brexit, Stephen Barclay.

«Nous attendons toujours une proposition de Londres», a déclaré la ministre dans une interview au quotidien The Guardian, avant d’ajouter: «Pour le moment, nous discutons. Nous n'avons pas entendu de propositions, d'idées ou d'initiatives venant du gouvernement britannique pour surmonter les difficultés actuelles».

Alors que l'accord de retrait doit être de nouveau soumis au vote des députés britanniques mardi, Londres n'a pas obtenu à ce stade les concessions de l'UE dont il estime qu'elles pourront faire pencher la balance en faveur du texte, rejeté en janvier.

Le gouvernement britannique cherche avant tout à modifier le passage de l'accord concernant le «backstop» (filet de sécurité), dispositif imaginé pour éviter le retour d'une frontière entre l'Irlande (membre de l'UE) et l'Irlande du Nord (une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni).

Pour Mme Loiseau, l'accord de retrait négocié entre Londres et l'UE est la «meilleure solution possible».

«Nous ne pouvons rouvrir cette négociation sur l'accord de retrait parce que c'est équilibré», a-t-elle déclaré sur la radio BBC 4, insistant sur le fait que le «filet de sécurité» était une «solution de dernier recours».

Le secrétaire général de la Commission européenne, Martin Selmayr a jugé qu'un heureux dénouement était toujours possible, soulignant que «ces choses se produisent souvent à la dernière minute».

«Nous devons attendre les prochains jours et les prochaines semaines. Nous devons être très patients», a-t-il déclaré lors d'un événement organisé par le think tank Brookings à Washington.

Si les députés britanniques rejettent mardi l'accord de retrait, la Première ministre Theresa May leur demandera le lendemain s'ils veulent quitter l'UE sans accord.

S'ils rejettent un «no deal», elle leur soumettra jeudi une proposition de report «limité» dans le temps du Brexit.

Mme Loiseau a toutefois souligné qu'il faudrait une «raison crédible» pour que l'UE accepte une demande britannique de report.

Comments

//