ACTUALITÉSMoyen OrientSyrie Infos d’ALAHED:«Attaque chimique» à Douma : un journaliste de la BBC dénonce une «mise en scène» à l’hôpital

Please Wait...

«Attaque chimique» à Douma : un journaliste de la BBC dénonce une «mise en scène» à l’hôpital

folder_openSyrie access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par RT

Un journaliste de la BBC soutient que les images de l'hôpital de Douma filmées après une attaque chimique présumée en avril dernier, et reprises en boucle par les médias du monde entier, n'étaient qu'une «mise en scène» organisée par «Jaïch al-Islam».

Il y a presque un an, début avril 2018, les puissances occidentales accusaient Bachar el-Assad d'avoir perpétré une attaque chimique à Douma. Une accusation ne s'appuyant sur aucune preuve concrète à ce jour, mais qui s'est largement fondée sur la diffusion d'une vidéo de scènes de panique dans un hôpital, reprise en boucle par tous les médias.

Or – comme d'autres bien avant lui – le journaliste de la BBC Riam Dalati soutient désormais que ces images n'étaient que le fruit d'une «mise en scène». «Après presque six mois d’enquêtes, je peux prouver sans aucun doute que la scène de l'hôpital de Douma a été mise en scène. Aucun décès n'est survenu à l'hôpital», explique-t-il dans une série de messages sur Twitter.

Si Riam Dalati demeure convaincu qu'une attaque a bien eu lieu, il estime qu'il n'y a jamais eu d'usage de gaz sarin et préfère attendre les conclusions de l'OIAC pour savoir si du chlore a été utilisé. «Mais tout le reste qui est lié à l'attaque a été fabriqué pour renforcer l'effet», poursuit-il dans un message sans équivoque.

Le journaliste note que le groupe terroriste «Jaïch al-Islam» dirigeait Douma d'«une main de fer» à l'époque, et l'accuse d'être responsable de cette mise en scène. « Ils ont coopté des militants, des médecins et des humanitaires par la peur et l'intimidation. En fait, une des trois ou quatre personnes qui ont filmé la scène était le docteur Abu Bakr Hanan, un médecin «brutal et instable» affilié à «Jaïch al-Islam». Le scénario était qu'il « n'y avait pas assez de docteurs », mais lui en était un, qui filmait sans participer au sauvetage».

Cette version des faits rejoint donc, près d'un an plus tard, les vives interrogations émises par Moscou juste après la diffusion de la vidéo, s'appuyant notamment sur les nombreux témoignages d'habitants faisant état d'une mise en scène. Mais ces témoignages n'avaient pas eu les faveurs des médias occidentaux à l'époque. Profitant de la force des images, Washington, Paris et Londres avaient effectués des frappes coordonnées contre des installations du pouvoir syrien dans la nuit du 13 au 14 avril, en représailles à cette présumée attaque chimique.

 

Comments

// -0.09923