ACTUALITÉSEuropeEurope Infos d’ALAHED:L’Allemagne bloque l’exportation du missile Meteor de MBDA vers l’Arabie Saoudite

Please Wait...

L’Allemagne bloque l’exportation du missile Meteor de MBDA vers l’Arabie Saoudite

folder_openEurope access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par la Tribune

Berlin bloque les licences d'exportation de matériels allemands intégrés sur le missile air-air longue portée Meteor, vers l'Arabie Saoudite. Les Allemands fabriquent notamment le système de propulsion et les charges militaires.

Les temps sont durs pour le groupe européen MBDA... Le missilier européen est l'un des groupes de défense, qui joue le plus le jeu de la coopération européenne mais, revers de la médaille, il devient finalement très (trop?) vulnérable aux aléas politiques des pays où il confie de la charge de travail. Après les déconvenues en Egypte avec l'interdiction des Etats-Unis d'exporter de certains composants du missile de croisière Scalp vers Le Caire (réglementation ITAR) aujourd'hui en voie de résolution, MBDA doit faire face à une nouvelle interdiction d'exportation d'un de ses missiles.

Cette fois-ci, c'est au tour de Berlin de bloquer les licences d'exportation de matériels allemands intégrés sur le missile air-air longue portée Meteor, vers l'Arabie Saoudite. Contacté par La Tribune, MBDA n'a pas souhaité commenter. Ryad souhaiterait armer ses futurs Typhoon proposés par Londres avec des missiles air-air Meteor. Ce missile, qui est opérationnel depuis décembre sur les Typhoon, a pour principale mission de détruire ou de neutraliser des cibles aériennes à longue distance. Un missile qui ne devrait pas être utilisé dans le cadre du conflit au Yémen. Cette décision de Berlin va sans doute sérieusement agacer Londres. Le Royaume d'Arabie saoudite et MBDA avaient déjà signé en 2014 un premier contrat d'exportation du missile d'un montant estimé à 1 milliard de dollars.

Des matériels «German free»?

A l'image de la volonté des industriels français de développer des matériels ITAR Free pour éviter les interdictions américaines, certains d'entre eux se posent désormais la question de développer des matériels sans équipement allemand. Pour autant, les équipements allemands du Meteor, qui sont au cœur même du missile, peuvent être très difficilement dupliquer. Car il s'agit du système de propulsion (Bayern Chemie) et de la charge militaire (TDW) ainsi qu'à, un degré moindre, du système de mesures inertielles (Northrop Grumman LITEF GmbH). Bayern-Chemie et TDW sont des filiales de MBDA en Allemagne.

L'Allemagne complique sérieusement les programmes en coopération, surtout dans le cadre du SCAF (Système de combat aérien du futur) et du MGCS (Main ground combat system ou char du futur), deux projets franco-allemands de très grande envergure. Déjà le missile Meteor est l'un des programmes européens les plus emblématiques de l'industrie de défense avec la mise en place d'une coopération qui rassemble six pays. C'est également une réussite. Car le Meteor a des performances nettement supérieures à celles des missiles actuellement en service ou des missiles air-air à statoréacteur susceptibles d'être mis en œuvre à l'horizon 2020.

II est destiné à équiper les forces armées de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de l'Italie, de l'Espagne, de la Suède et de la France d'un missile. Sous la maîtrise d'œuvre de MBDA UK, il est conçu pour être utilisé à partir du Rafale, de l'Eurofighter et du JAS 39 Gripen. « Sans le missile Meteor, il serait très difficile d'exporter le Rafale », avait même expliqué en octobre 2008 l'ancien délégué général pour l'armement Laurent Collet-Billon.

L'Allemagne sur une ligne dure?

Le 21 septembre dernier, selon le Spiegel de fin octobre, l'ambassadeur d'Allemagne à Paris, Nikolaus Meyer-Landrut transmettait à Berlin un long télégramme diplomatique dans lequel il relatait une réunion le même jour avec plusieurs hauts fonctionnaires français du ministère des Armées et du SGDSN (Claire Landais). Au cours de la réunion, la partie française a demandé des garanties à l'Allemagne pour que les futurs matériels en coopération puissent être exportés sans restriction. Faute de quoi, les investissements consentis dans les programmes en coopération seraient inutiles. La partie allemande estime que l'attitude dure de la France peut menacer l'existence même des projets. Pour l'heure, ces projets perdurent. Car les montants injectés dans la R&D restent encore modestes.

Ce débat à haut niveau entre la France et l'Allemagne a eu un écho en Allemagne où le SPD et les Verts ont clairement affiché leur volonté d'imposer à la France une politique restrictive en matière d'exportation. « Pour les projets d'armement communs, nous devons convenir de règles restrictives avec la France pour les exportations futures. Sinon, l'Allemagne ne peut pas participer à ces coopérations », a expliqué le porte-parole du SPD sur les questions de défense, Thomas Hitschler. Ainsi, le traité d'Aix-la-Chapelle ne règle rien pour le moment : l'article 4, alinéa 3, ne mentionne qu'une très timide «approche commune». La France souhaiterait de son côté un accord engageant le plus large possible mais n'exclut pas de négocier au cas par cas si les Allemands veulent en rester au stade des intentions. A suivre, mais l'exemple du Meteor n'incite pas à l'optimisme...

Comments

// -0.21561