ACTUALITÉSMoyen OrientLiban Infos d’ALAHED:Cheikh Qassem estime qu’«Israël» n’est pas prêt à déclencher un conflit avec le Liban

Please Wait...

Cheikh Qassem estime qu’«Israël» n’est pas prêt à déclencher un conflit avec le Liban

folder_openLiban access_time depuis 13 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Un haut responsable du Hezbollah a déclaré dimanche qu'« Israël » n'était pas prêt pour un conflit avec le Liban et a démenti les accusations de Benyamin Netanyahou selon lesquelles l'Iran utilisait le parti libanais pour contrôler le nouveau gouvernement libanais.

« Je ne pense pas qu'Israël soit prêt à déclencher un conflit avec le Liban maintenant parce que la situation est compliquée et que la guerre ne l'intéresse pas », a déclaré Cheikh Naim Qassem à une chaîne de télévision libanaise.

« Mais s’ils (les Israéliens, NDLR) veulent déclencher une guerre, nous sommes prêts », a-t-il assuré.

Le Liban s'est doté jeudi dernier d'un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre sortant Saad Hariri, au terme de plus de huit mois de tractations sur fond de divisions politiques et de craintes d'une crise économique aiguë.

Le nouveau cabinet compte 30 ministres, les grands partis du pays y sont représentés.

Les ministères de l'Intérieur et de l'Énergie ont été confiés à des femmes, une première au Liban. Le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, qui est aussi le gendre du président Michel Aoun, conserve son poste, tout comme le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, un membre d’Amal, allié du Hezbollah.

Le Hezbollah dispose à présent de deux ministères et d’un ministère d’État, dont le Ministère de la santé, qui dispose de l’un des budgets les plus importants du pays.

Qassem a souligné que c'était un gouvernement d' « union nationale » et que le Hezbollah ne contrôlait que 3 des 31 ministères. « Nous ne sommes que 10% », a-t-il précisé.

Mais selon le premier ministre de l’Entité sioniste Benyamin Netanyahou, l'influence du Hezbollah est bien plus importante au sein de ce nouveau gouvernement.

« L'Iran a des mandataires. L'un d'entre eux est le Hezbollah. Le Hezbollah vient de rejoindre le gouvernement libanais. C'est un abus de langage: ils contrôlent en réalité le gouvernement du Liban », a affirmé Netanyahou.

« Cela signifie que l’Iran contrôle le gouvernement du Liban », a-t-il soutenu auprès d'un groupe de 40 ambassadeurs auprès de l’Organisation des Nations Unies.

 

Comments

// -0.642865