noscript

Please Wait...

Wadi Houjeir… souvenirs et épopées

Wadi Houjeir… souvenirs et épopées
folder_openaoût 2015 access_time depuis 6 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

Le choc le plus expressif dont ont souffert les soldats de l’ennemi israélien en raison de leurs défaites durant l’offensive de juillet 2006, serait illustré dans l’expression de l’un d'eux en décrivant ses sentiments  au moment de la prise pour cible des tanks de l’ennemi  dans une localité  entre Wadi Houjeir et le village de Ghandourieh. Ce soldat observait le reste des tanks de son unité en train de bruler et entendait les cris de ses homologues, bloqués dans les tanks les plus blindés dans le monde.

Je crois que j’ai entendu évoquer le nom de Wadi Houjeir ou de Slouki dans les medias, pour la première fois lors des opérations de la résistance contre l’ennemi avant 1984. Cette année j’avais rejoint la faculté  militaire. Le nom de cette vallée est resté incrusté dans ma mémoire, suscitant un sentiment étrange que j’ai bien expérimenté et compris à la suite du déploiement deWadi Houjeir… souvenirs et épopées
l’armée à la frontière avec l’ennemi israélien en application à la résolution 1701.

J’ai alors découvert une large vallée qui lie plusieurs villages ayant vécu l’occupation israélienne avant l’an 2000. Cette région qui a connu les batailles les plus violentes entre l‘ennemi et la Résistance durant l’offensive de juillet jusqu’à la publication de ladite résolution mi-aout 2006.

En exécution à ma mission militaire comme commandant d’une unité militaire dans une région comprenant aussi la vallée Wadi Houjeir, j’ai œuvré et durant une courte période à bien comprendre la valeur militaire de cette vallée dans le but d’en bien profiter dans la défense de la frontière.

Dans une tournée autour de la vallée, la vision changeait d’un village à un autre. A partir des périphéries des villages de Majdal Selem ou de Chakra, supervisant la vallée, l’entrée Est de la vallée était un point d’intersection de plusieurs axes ou passages, que pourrait utiliser l’ennemi dans ses déplacements, d’infanteries ou de blindés. Par la suite, la manœuvre dans le but de tendre des pièges contre les patrouilles ennemies dans ce passage était la meilleure. D’ailleurs c’est ce qui a eu lieu avant la libération de l’an 2000 ou ce que préparaient les résistants durant l’offensive de juillet 2006.

A partir des vallons de Kabrikha et de Touline, supervisant la vallée, ces derniers semblaient être un lieu privilégié pour installer les lances roquettes à petite et moyenne portée, ainsi que les tunnels réservés à la protection de ces arsenaux. En effet, la partie de la valle située sous ces deux villages directement fut le lieu favorisé pour le lancement des roquettes qui se sont abattues sur l’ennemi tout au long des 33 jours de l’offensive.

Quant aux collines supervisant la vallée de l’ouest, dans les villages de Ghandourieh et de Froune, la vallée  était le lieu  élu et peut être le seul adéquat à l’avancée des unités blindées de l’ennemi. Il était aussi le meilleur lieu pour les prendre pour cible par les roquettes antichar du type Cornet. C’est ce qui a eu lieu lors du massacre des Merkava que l’ennemi n’oubliera jamais..

En se promenant dans les sentiers de Wadi Houjeir, on ressent la gloire de ce lieu sacré. On hume l’odeur de l’héroïsme et de la dignité. Quand on passe près des mémoriaux des résistants qui sont tombés durant les confrontations avec l’ennemi, l’imagination militaire évoquera les batailles qui méritent d’être enseignées comme un modèle à l’entrainement des forces spéciales, dans la lutte contre tout occupant.

Enfin, ce qui a été significatif dans mon expérience sur cette terre, c’était les souvenirs incrustés dans ma mémoire. Des images légendaires que je n’oublierai jamais. Je n’oublierai jamais les propos de l’un des fils de cette terre qui exposait devant sa demeure une partie du canon d’un tank Merkava, en toute fierté. Il a dit qu’il était prêt au martyr en faveur de la Résistance  et de sayed Hassan Nasrallah, mais qu’il n’acceptera jamais de se dessaisir du canon qu’il considérait comme un lien avec l’esprit de son père martyr, tué par un obus d’un tank Markava lors d’une bataille avec l’ennemi dans un lieu surplombant Wadi Hujeir.

Source: Al-Ahednews, traduit par l'équipe du site

Comments

//