Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Embargo sur les armes belges vers l’Arabie: le débat relancé Moscou: De nouvelles sanctions antirusses ne nuisent qu’à la lutte mondiale contre «Daech» Nouvelle offensive des forces irakiennes sur la vieille ville de Mossoul Des milliers de manifestants à Sanaa protestent contre l’offensive dirigée par l’Arabie L’Iran sanctionne 15 sociétés américaines pour soutien à «Israël» et au terrorisme L’armée algérienne abat deux terroristes, dont «l’émir local de Daech» Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Assad: les pays occidentaux se sont isolés en soutenant les représentants du terrorisme contre Damas Quand les sionistes sont terrorisés... Nouveau massacre saoudien au Yémen: 8 femmes et un enfant tombés en martyre (photos) Viols, massacres de bébés: l’armée birmane accusée de «nettoyage ethnique» Libye: les extrémistes chassés de leur bastion à l’ouest de Benghazi L’Arabie saoudite dévoile son chasseur-bombardier dernière génération Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
Fil d'infos
Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer
#Pays_Bas: le gouvernement juge «indésirable» un meeting pro-#Erdogan

Le gouvernement néerlandais a jugé vendredi soir «indésirable» la tenue prévue le 11 mars d'un meeting politique de soutien au président turc Recep Tayyip Erdogan à Rotterdam, sans préciser à ce stade s'il pourrait avoir lieu.

L'annonce intervient alors qu'Ankara et Berlin se sont vivement accrochés dans la journée au sujet d'une série d'annulations de rassemblements similaires en Allemagne.

«Le gouvernement a reçu aujourd'hui la confirmation de la Turquie qu'un évènement de campagne est en préparation aux Pays-Bas» le 11 mars, a indiqué le Premier ministre Mark Rutte sur sa page Facebook. «Nous n'allons pas collaborer (à un tel événement) car nous estimons que cela est indésirable», a-t-il ajouté.

«Nous sommes d'avis que l'espace public néerlandais n'est pas l'endroit où mener la campagne politique d'un autre pays», a-t-il souligné.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a ajouté qu'il allait «transmettre la position (de La Haye) au gouvernement turc».

Plus tôt dans la journée, le président d'une association politique turco-néerlandaise avait annoncé que le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu serait présent à une marche à Rotterdam, dans l'espoir de convaincre les centaines de milliers de Turcs habitant dans le pays de voter oui lors d'un référendum le 16 avril sur une réforme constitutionnelle renforçant les pouvoirs d’Erdogan.

Jeudi et vendredi, trois meetings similaires avaient été annulés en Allemagne, provoquant l'ire du président turc.

Très remonté, il a accusé l'Allemagne d'annuler ces meetings, mais de tolérer la présence sur son territoire de séparatistes kurdes du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une «organisation terroriste» par Ankara et ses alliés occidentaux.

Erdogan est accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire, notamment depuis le putsch avorté de juillet. Après le coup de force, les autorités turques ont lancé des purges d'une ampleur sans précédent: plus de 43.000 personnes ont été incarcérées et plus de 100.000 limogées ou suspendues.

Source: agences

04-03-2017 | 13:47

Le Flash

Recherche
Vers le haut