Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Selon le ministère russe des Affaires étrangères, toutes les accusations à l’encontre de Damas concernant l’attaque chimique perpétrée le 4 avril à Idlib sont purement rhétoriques et sont basées sur des publications douteuses issues des réseaux sociaux.

Attaque chimique à Idlib: Moscou dénonce des «accusations basées sur les réseaux sociaux»

En frappant la base aérienne de Khan Cheikhoun, Washington ne se souciait pas de la lutte contre les armes chimiques, dont l'existence en Syrie n'est pas prouvée. Selon le chef du département du contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères Mikhaïl Oulianov, démonstration de force et intimidation constituaient le but véritable de cet épisode.

Selon Mikhaïl Oulianov, toutes les accusations à l’encontre de Damas concernant l’attaque chimique d'Idlib, sont purement rhétoriques.

«Nous voudrions rappeler qu'on n'a pas jusqu'à présent fait la lumière sur les événements survenus à Khan Cheikhoun. Toutes les accusations contre Damas sont purement rhétoriques et sont basées sur des publications douteuses tirées des réseaux sociaux par les Casques blancs, ONG discréditée depuis longtemps, qui est étroitement liée aux terroristes du Front al-Nosra et d'Al-Qaïda», a déclaré Mikhaïl Oulianov.

Auparavant, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a déclaré que les preuves tangibles confirmant l'implication des troupes syriennes dans l'incident étaient toujours absentes, plus de deux semaines après l'attaque chimique présumée à Khan Cheikhoun, outre deux séquences faites par les Casques blancs. Pourtant, le porte-parole a fait remarquer qu'aucune des personnes figurant dans les vidéos diffusées par l'organisation n'était apparue ni sur les chaînes anglo-saxonnes, ni sur les chaînes européennes.

Les Casques blancs ont été maintes fois accusés de mener un sale jeu en Syrie. Parmi les griefs retenus contre eux figurent des manœuvres de propagande contre le gouvernement syrien, des tentatives pour encourager une intervention étrangère dans le pays, ainsi que des «preuves» fabriquées dénonçant les «bavures» commises lors de la campagne russe en Syrie. Ils prônent l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne en Syrie et colportent une intox sur l'attaque chimique à Idlib.

Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

Les Etats-Unis et des pays occidentaux imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques appartenant aux groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

Source : agences et rédaction

20-04-2017 | 13:00
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut