Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Syrie: un attentat à la voiture piégée à Homs fait plusieurs victimes Trump a demandé à des responsables du renseignement de nier tout lien avec la Russie Les violences en RDC font plus de déplacés qu’en Syrie, selon une ONG Bahreïn: Les forces du régime prennent d’assaut le village de Daraz, des manifestants y résistent Au Yémen, la foule accueille l’émissaire de l’Onu avec des chaussures Italie/migrants: 50.000 arrivées depuis janvier, accord avec les voisins de la Libye GB: au moins 19 morts dans une «attaque terroriste» à Manchester La Russie et la Chine préoccupées par les activités militaires nord-coréennes et US Choléra au Yémen: 315 morts, 29.300 cas suspects L’armée tunisienne met en garde contre le blocage des sites pétroliers La victoire de Rohani, mauvaise nouvelle pour Trump et ses alliés, selon Fisk Recep Tayyip Erdogan réélu à la tête de l’AKP, le parti au pouvoir «Israël» préoccupé par le contrat d’armements américano-saoudien Zarif: Trump veut «pomper» l’argent de l’Arabie saoudite Quels sont les investissements financiers et militaires de Trump en Arabie? Présidentielle iranienne: Rohani réélu dès le premier tour Empreinte US: Macron et Philippe, «Young Leaders» de la French-American Foundation Choléra au Yémen: près de 23.500 cas, 242 morts en trois semaines L’Onu craint un retour prochain de terroristes en Europe Venezuela: «Retire tes mains sales d’ici, Trump», lance Maduro Syrie: Les derniers hommes armés s’apprêtent à quitter Homs Tunisie: limogeage de la présidente de la commission chargée des filières terroristes Le président sortant Hassan Rohani en tête de l’élection iranienne Irak: une double explosion frappe Bagdad, plusieurs morts et blessés Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Nidal Hamadeh

La décision américaine de bombarder l'Afghanistan, par une bombe, qui pèse plus de dix tonnes appelée par les américains «Mère de toutes les bombes» le jeudi 13 Avril, sous prétexte de frapper un camp de «Daech» dans la province Nagarha à l'est de l'Afghanistan, porte de nombreux messages en ce moment précis.

Pour ces raisons, l’Amérique a lancé la «Mère de toutes les bombes» sur l’Afghanistan

Le bombardement a coïncidé avec une réunion régionale concernant l'Afghanistan tenue à Moscou. Washington a refusé de participer à cette réunion. Ce bombardement à l'aide d'un missile jamais utilisé auparavant en Afghanistan et la campagne de propagande qui l’a accompagné, porte un message clair à la Russie et aux pays de la région que Washington n'a pas l'intention de mettre fin ni à la guerre en Afghanistan, ni à son occupation de ce pays.

Le deuxième objectif américain, était de soutenir le président américain Donald Trump dans sa décision, annoncée mercredi, 11 avril, un jour avant le bombardement de l’Afghanistan. Cette décision mentionnée appelle à la nécessite de faire une étude sur la situation des forces américaines en Afghanistan, où Trump a l'intention de renforcer la présence militaire américaine.

Des sources françaises ont indiqué dans une interview au site Al-Ahed que la décision des États-Unis d'envoyer des milliers de soldats américains en Afghanistan, vient en conformité avec le plan établi par le commandant américain à Kaboul, le général John Nicholson pour sortir du bourbier américain dans la guerre contre le taliban. La décision de Trump de lancer la «Mère de toutes les bombes» sur l'Afghanistan et l'envoi de milliers de soldats dans ce pays musulman sont l’écho des souhaits du Pentagone.

Les sources françaises expliquent que «l'utilisation de bombes destructrices n'a pas de sens face à une rébellion armée qui utilise le style de guérilla comme en Afghanistan, notamment qu’une telle bombe n’a pas d’efficacité dans un pays à la nature montagneuse. Ce genre de bombes meurtrières déjà utilisées par les États-Unis au Vietnam, de façon spectaculaire, ne peuvent pas modifier le résultat final de la guerre en Afghanistan. Tout comme au  Vietnam une utilisation excessive de la force par l’Amérique conduira à une forte augmentation du nombre de victimes civiles, et renforcera ainsi le pouvoir des talibans et le soutien populaire à cette organisation».

L'ironie est que l'ancien discours américain, avait démenti que la présence de l'organisation «Daech» menaçait l'équilibre des forces en Afghanistan. Ces déclarations étaient en réponse à la proclamation russe, qui avait souligné que l'organisation «Daech» renforçait son influence dans les provinces ouest de l'Afghanistan et, par conséquent, représentait une menace pour la région de l'Asie centrale.

Le journal britannique The Times dans son édition du 14 Avril avait parlé de l'approche américaine de la présence de «Daech» en Afghanistan, similaire au casse-tête, ce qui a soulevé l'ire des pays de la région, qui voit que les Etats-Unis ont utilisé «Daech» comme prétexte pour atteindre les objectifs d'une stratégie similaire à ce qui est arrivé en Irak et en Syrie. Les analystes estiment que l'utilisation de cette bombe a pour but de renforcer l'ambiguïté stratégique des États-Unis.

S’il n’y a aucune autre explication au-delà de ces analyses concernant la décision des États-Unis d'utiliser cette bombe renommée, les observateurs affirment que la taille de la bombe ne changera rien aux positions des parties afghanes et régionales, en particulier après que l'agence Sputnik russe, a révélé que Moscou détient une bombe qui pourrait être appeler le «Père de toutes les bombes», et qui dépasse la puissance de la bombe américaine destructive par sa taille et sa force du souffle résultant de l'explosion.

En fin de compte l'escalade américaine et la décision russe d’y faire face sans entrer dans les bazars médiatiques, prouvent que la région témoignera dans l’avenir de plusieurs années «chaudes». Tout le monde sait que les guerres des États-Unis au cours des trois dernières décennies, ont commencé par l'Afghanistan.

Source : Al-Ahed, traduit par l’équipe du site

20-04-2017 | 11:53
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut