Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Syrie: un attentat à la voiture piégée à Homs fait plusieurs victimes Trump a demandé à des responsables du renseignement de nier tout lien avec la Russie Les violences en RDC font plus de déplacés qu’en Syrie, selon une ONG Bahreïn: Les forces du régime prennent d’assaut le village de Daraz, des manifestants y résistent Au Yémen, la foule accueille l’émissaire de l’Onu avec des chaussures Italie/migrants: 50.000 arrivées depuis janvier, accord avec les voisins de la Libye GB: au moins 19 morts dans une «attaque terroriste» à Manchester La Russie et la Chine préoccupées par les activités militaires nord-coréennes et US Choléra au Yémen: 315 morts, 29.300 cas suspects L’armée tunisienne met en garde contre le blocage des sites pétroliers La victoire de Rohani, mauvaise nouvelle pour Trump et ses alliés, selon Fisk Recep Tayyip Erdogan réélu à la tête de l’AKP, le parti au pouvoir «Israël» préoccupé par le contrat d’armements américano-saoudien Zarif: Trump veut «pomper» l’argent de l’Arabie saoudite Quels sont les investissements financiers et militaires de Trump en Arabie? Présidentielle iranienne: Rohani réélu dès le premier tour Empreinte US: Macron et Philippe, «Young Leaders» de la French-American Foundation Choléra au Yémen: près de 23.500 cas, 242 morts en trois semaines L’Onu craint un retour prochain de terroristes en Europe Venezuela: «Retire tes mains sales d’ici, Trump», lance Maduro Syrie: Les derniers hommes armés s’apprêtent à quitter Homs Tunisie: limogeage de la présidente de la commission chargée des filières terroristes Le président sortant Hassan Rohani en tête de l’élection iranienne Irak: une double explosion frappe Bagdad, plusieurs morts et blessés Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl n'écarte aucun risque d'attaque terroriste.

Présidentielle: des menaces terroristes pèsent sur l'élection et les candidats

Certains candidats ont même été avisés par la DGSI de menaces sur leur personne et leur QG de campagne. «Aucune menace n'est écartée», a confirmé le ministre de l'Intérieur dans un entretien accordée au JDD, dimanche 16 avril. Pour cela, Matthias Fekl a annoncé le déploiement d'un dispositif renforcé pour l'élection présidentielle, la première organisée sous état d'urgence. «Plus de 50.000 policiers et gendarmes sont mobilisés», a-t-il expliqué. «A quoi s'ajoutent les militaires de l'opération Sentinelle» pour assurer la sécurité des 67.000 lieux de vote.

Des menaces prises au sérieux

A sept jours du premier tour, dimanche 27 avril, les services de sécurité français sont particulièrement vigilants quant à une éventuelle menace sur les principaux candidats. A savoir : Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Leurs services de sécurité ainsi que leurs équipes de campagne ont d'ailleurs reçu des consignes spécifiques.

Le ministre de l'Intérieur a également rappelé le niveau «menace permanente» dans laquelle se trouve l'Europe comme «en atteste la multiplication des actes de Londres, Stockholm et ailleurs». Matthias Fekl a notamment précisé que «19 interpellations antiterroristes» ont eu lieu en mars. Au moins cinq projets d'attentats ont été déjoués depuis le début de l'année 2017.

Des troubles à l'ordre public en cas de victoire de Marine Le Pen

Le ministre de l'Intérieur a également indiqué que tous les scénarios étaient envisagés pour le second tour de l'élection présidentielle, le dimanche 7 mai. «La République ne saurait tolérer des troubles à l'ordre public», a-t-il précisé au JDD.

Et notamment en cas de victoire de la candidate frontiste, Marine Le Pen. Matthias Fekl a indiqué la possibilité de «débordements venant d'extrémistes de tous bords».

Source: sites web

17-04-2017 | 12:56
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut