Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
France/Présidentielle: pour 66% des Français, le clivage droite-gauche est dépassé Lorsque le «poisson Nasrallah» occupe les rivages d’«Israël» ... et son esprit Trois terroristes de «Daech» éliminés... par des sangliers sauvages La Turquie pourrait revoir sa position sur l’UE, dit Erdogan Les attentats contre les églises visent l’unité des Egyptiens, dit le pape copte Brouille diplomatique entre Berlin et «Tel-Aviv» Yémen: des marcheurs «pour le pain» atteignent le port de Hodeida Irak: l’armée reprend un important quartier de Mossoul à «Daech» Référendum en Turquie: une haute cour rejette un recours de l’opposition Le mémorandum Russie-USA sur la prévention d’incidents aériens en Syrie ranimé Cri d’alarme du chef de l’ONU pour éviter la famine au Yémen «Daech» s’est excusé de l’armée israélienne pour l’avoir attaquée par erreur 100 jours après l’investiture, Trump au plus bas et rejette la faute sur les médias Pyongyang célèbre l’anniversaire de l’armée par un exercice militaire Espagne: vaste opération antiterroriste près de Barcelone, 12 perquisitions France/Présidentielle 2017: Le Pen en congé de la présidence du FN pour mener campagne Solidarité avec les 1500 grévistes: Georges Abdallah a lancé une grève de plateau de trois jours Attaque chimique en Syrie: les USA introduisent des sanctions au lieu de mener une enquête Theresa May prête à effectuer une frappe nucléaire «initiale préventive» Syrie: 300 terroristes éliminés dans la province de Hama Accusée d’avoir une «préférence» pour Le Pen, la Russie répète qu’elle ne soutient aucun candidat Présidentielle française: Damas espère un changement de la politique française Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Une «journée de colère», marquée par une grève générale, a été observée par des étudiants tunisiens protestant notamment contre des «violences policières» survenues trois jours plus tôt lors d'une manifestation à Tunis, selon une source syndicale.

Tunisie: journée de colère des étudiants après des «violences policières»

A l’occasion de la «journée de colère», 200 à 300 manifestants ont participé à partir de la mi-journée du 14 avril à un rassemblement sur l'avenue Habib Bourguiba à Tunis, sous un important dispositif sécuritaire -une trentaine de cars de police au total y étaient stationnés-, a constaté un journaliste de l'AFP.

Après avoir scandé des slogans devant le théâtre municipal, ils ont tenté de rejoindre le ministère de l'Intérieur, situé à proximité, mais ont été bloqués par les forces de l'ordre, entraînant quelques bousculades, d'après une source syndicale. Des manifestants et des policiers se sont fait face une partie de l'après-midi sur l'avenue, en partie fermée à la circulation, sans toutefois d'incident majeur.

Selon la radio privée Mosaïque FM, la situation a en revanche été plus tendue à Sfax, la deuxième ville du pays, où la police a notamment fait usage de gaz lacrymogène, à proximité de la préfecture (gouvernorat).

Un dirigeant de l'Union générale des étudiants de Tunisie (UGET), Nidhal Khadraoui, avait auparavant indiqué à l'AFP que la «journée de colère» décrétée par le syndicat visait notamment à dénoncer les «violences policières» ayant émaillé un sit-in le 11 avril devant la présidence du gouvernement. Ce jour-là, «42 étudiants» en droit ont été blessés, «dont cinq grièvement», a-t-il affirmé, soulignant disposer de «photos et vidéos» montrant ces blessures.

Ce sit-in étudiant était intervenu en réaction à un décret ministériel («N. 345») modifiant les conditions d'accès au concours d'entrée à l'Institut supérieur de la magistrature.

Dans une déclaration à Mosaïque FM, le ministre de l'Intérieur Hédi Majdoub a, lui, démenti toute violence de la part des forces de l'ordre, affirmant que les heurts du 11 avril à Tunis avaient opposé deux groupes d'étudiants. «Aucune enquête n'a été ouverte sur ce sujet parce qu'il n'y a eu aucune agression sur les étudiants en droit de la part de l'institution sécuritaire», a-t-il dit.

Source : sites web

15-04-2017 | 10:21
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut