Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Syrie: un attentat à la voiture piégée à Homs fait plusieurs victimes Trump a demandé à des responsables du renseignement de nier tout lien avec la Russie Les violences en RDC font plus de déplacés qu’en Syrie, selon une ONG Bahreïn: Les forces du régime prennent d’assaut le village de Daraz, des manifestants y résistent Au Yémen, la foule accueille l’émissaire de l’Onu avec des chaussures Italie/migrants: 50.000 arrivées depuis janvier, accord avec les voisins de la Libye GB: au moins 19 morts dans une «attaque terroriste» à Manchester La Russie et la Chine préoccupées par les activités militaires nord-coréennes et US Choléra au Yémen: 315 morts, 29.300 cas suspects L’armée tunisienne met en garde contre le blocage des sites pétroliers La victoire de Rohani, mauvaise nouvelle pour Trump et ses alliés, selon Fisk Recep Tayyip Erdogan réélu à la tête de l’AKP, le parti au pouvoir «Israël» préoccupé par le contrat d’armements américano-saoudien Zarif: Trump veut «pomper» l’argent de l’Arabie saoudite Quels sont les investissements financiers et militaires de Trump en Arabie? Présidentielle iranienne: Rohani réélu dès le premier tour Empreinte US: Macron et Philippe, «Young Leaders» de la French-American Foundation Choléra au Yémen: près de 23.500 cas, 242 morts en trois semaines L’Onu craint un retour prochain de terroristes en Europe Venezuela: «Retire tes mains sales d’ici, Trump», lance Maduro Syrie: Les derniers hommes armés s’apprêtent à quitter Homs Tunisie: limogeage de la présidente de la commission chargée des filières terroristes Le président sortant Hassan Rohani en tête de l’élection iranienne Irak: une double explosion frappe Bagdad, plusieurs morts et blessés Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Akil Cheikh Hussein

Tant que la sauvagerie et la duplicité des gouvernements occidentaux auront la primauté sur les principes moraux de la véritable politique, des paroles, comme celles de l’Imam Ali Khamenei, le leader de la Révolution islamique d’Iran, resteront d’actualité. Mêmes si elles sont prononcées dans un passé quelque peu lointain : C’est en janvier puis en novembre 2015, à l’occasion des attentats  terroristes qui ont frappé la capitale française et fait des dizaines de morts et de blessés, que l’Imam a adressé sa première et sa seconde lettre aux jeunes d’Europe et d’Amérique du Nord.   

Mais depuis, le sang a de nouveau coulé. Récemment à St. Petersburg et à Stockholm. Un peu plus tôt à Paris, Berlin, Bruxelles, à Londres et à Nice.

Tous ces attentats, ainsi que ceux perpétrés au Moyen-Orient, en Syrie, en Irak et en Egypte, contre des minorités religieuses et ethniques aussi bien que contre la majorité religieuse et ethnique sont attribués à, ou revendiqués par, des groupes terroristes, tout particulièrement à «Daech», et c’est là que commence le grand mensonge.

Il y a des petits mensonges qui ont été utilisés pour justifier l’invasion d’Afghanistan et de l’Irak. Et des grands qu’on utilise pour justifier cette grande guerre contre le monde musulman tout entier et, plus gravement, contre l’Islam en tant que religion.

Des criminels qui commettent des atrocités, il y en a, il y en a eu et il y en aura. Mais avec les groupes terroristes, le problème est que ces atrocités sont commises au nom de l’Islam et en tant que parties intégrantes et authentiques des préceptes de l’Islam. Et les événements, ces attentats, ces exécutions et ces pratiques odieuses,  ne font que corroborer le mensonge qui se propage et envahit les esprits grâce au dévouement des grands médias qui se sont vendus aux diables de la politique occidentale et sioniste.   

C’est avant tout pour défendre la vérité et contrer le grand mensonge du siècle que l’Imam Khamenei s’adresse aux jeunes occidentaux dans l’espoir de leur ouvrir les yeux sur la supercherie dont ils sont les victimes. Supercherie consistant à créer le terrorisme prétendument jihadique et à en accuser les Musulmans et l’Islam. 

Ces jeunes occidentaux sont comme tous ceux qui dénoncent et condamnent les terroristes et leurs crimes. Mais la condamnation, dit l’Imam Khamenei en substance, ne  suffit pas et elle peut même être synonyme de faux témoignage tant qu’elle ne met pas les attentats qui frappent régulièrement des villes européennes dans la même liste que ceux perpétrés en Irak, en Palestine, au Liban, en Syrie et ailleurs.

La liste ne cesse de s'allonger avec, en Egypte, des attaques terroristes attribuées à «Daech» mais qui ne diffèrent point, quant à leurs véritables auteurs, des dizaines de missiles de croisière étasuniens qui ont visé il y a quelques jours la Syrie.    

La condamnation, seule, reste malpropre même si elle ne met pas l’accent sur le fait que les attentats terroristes qui frappent l’Europe et le Moyen-Orient appartiennent à la même dynamique de la violence exercée par les Israéliens contre les Palestiniens et les Arabes.

Le plus important est de condamner les gouvernements occidentaux car ce sont eux qui fournissent aux terroristes takfiri et aux terroristes sionistes aide et soutien.

L’Imam affirme que les grandes puissances occidentales, en premier lieu les Etats-Unis, «ont nourri et armé al-Qaïda, les Talibans et leurs successeurs» et «soutiennent l'Etat terroriste d'Israël».

L’origine du problème, dit l’Imam, se trouve au niveau des responsables politiques occidentaux qui ont de façon consciente, séparé les chemins de la politique de ceux de l'honnêteté et de la franchise.

C’est cette séparation qui est responsable de la prépondérance des critères contradictoires dans la politique occidentale : Bon et mauvais terrorisme, intérêts gouvernementaux prioritaires par rapport aux valeurs humaines et morales. Le tout conduisant nécessairement à «présenter l’Islam comme un ennemi qu’il faudrait craindre».

Pourquoi cet attisement des sentiments de peur et de haine vis-à-vis de l’Islam ? L’Imam répond que l'islam comprend des pensées et valeurs qui contrarient les ambitions des grandes puissances. Et loin de chercher de le prouver, comme les théologues du kalam,  à l’aide d’un discours apologétique, il suit la voie de l’objectivité en invitant les jeunes occidentaux à essayer de connaître l’Islam «à travers ses sources authentiques et de première main, à travers le Coran et la vie de son Prophète».

Les paroles de l’Imam Khamenei insistent sur l’unité, en Occident et dans le monde musulman, des sentiments de répugnance et d’aversion à l’égard des responsables et des auteurs des crimes commis par le terrorisme. Elles dégagent un désir profond de voir les peines d’aujourd’hui aboutir à la construction d’un avenir meilleur et plus rassurant pour tous. Pour la construction de cet avenir, les jeunes occidentaux, l’Imam en est persuadé, ont la capacité d’empêcher «les déviations qui ont conduit l’Occident à sa situation actuelle».

Source : French.alahednews

 

14-04-2017 | 11:31
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut