Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président syrien a accusé Washington de ne pas réellement œuvrer à une solution en Syrie et d'être complice des terroristes. Il s'est dit prêt à ouvrir une enquête internationale sur l'attaque chimique présumée.

Bachar el-Assad: l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun est «une fabrication à 100%»

«Il s’agit pour nous d’une fabrication à 100% […] Notre impression est que l’Occident, principalement les Etats-Unis, est complice des terroristes et qu’il a monté toute cette histoire pour servir de prétexte à l’attaque [de la base syrienne d'Al-Chaayrate]», a déclaré Bachar el-Assad dans un entretien à l'AFP réalisé le 12 avril et diffusé le lendemain.

Le président syrien a poursuivi: «Nous ne possédons pas d’armes chimiques [...] Il y a plusieurs années, en 2013, nous avons renoncé à tout notre arsenal [...] Et même si nous possédions de telles armes, nous ne les aurions jamais utilisées».

«Les seules informations dont dispose le monde [sur l'attaque chimique présumée] jusqu'à présent sont celles publiées par la branche d'Al-Qaïda [Fatah al-Cham]», qui contrôle en majorité la ville de Khan Cheikhoun, a-t-il poursuivi.

Le chef d'Etat s'est ensuite dit prêt à l'ouverture d'une enquête internationale sur l'attaque présumée, à condition que celle-ci soit indépendante.

«Nous allons œuvrer [avec la Russie] en vue d’une enquête internationale. Mais elle doit être impartiale. Nous ne pouvons permettre une enquête que si, et seulement si, elle est impartiale et en nous assurant que des pays impartiaux y prendront part pour être sûrs qu’elle ne sera pas utilisée à des fins politiques», a déclaré Bachar el-Assad.

Le bombardement d'Al-Chaayrate, inefficace

Il a ensuite évoqué la frappé américaine contre la base d'Al-Chaayrate, après laquelle Washington avait prétendu avoir détruit 20% des capacités aériennes des forces syriennes.

«Notre puissance de feu, notre capacité à attaquer les terroristes n'a pas été affectée par cette frappe», a rétorqué Bachar el-Assad.

Washington «pas sérieux» dans sa recherche de solution en Syrie

«Les Etats-Unis ne sont pas sérieux [dans la recherche] d'une solution politique quelconque. Ils veulent utiliser le processus politique comme un parapluie pour les terroristes», a également lancé le dirigeant syrien.

Bachar el-Assad a déclaré se préparer à la possibilité d'une seconde frappe américaine.

«Tant que les Etats-Unis resteront gouvernés par ce rassemblement du complexe militaro-industriel, d'entreprises financières et bancaires, ce qu'on peut appeler l'état profond qui œuvre dans l'intérêt de ces groupes, bien sûr que cela peut se reproduire n'importe quand et n'importe où, et pas seulement en Syrie», a-t-il affirmé.

«La situation humanitaire en Syrie, l'effusion quotidienne du sang, l'endurance, les souffrances ressenties dans chaque foyer en Syrie. C'est la seule chose pénible et fatigante, si on peut parler de "fatigue". Mais si vous vouliez parler de la guerre, de la politique, des rapports avec l'Occident, non, je ne suis pas du tout fatigué, car nous défendons notre pays, et on ne se lassera jamais de le défendre», a-t-il conclu.

L’interview de Bachar el-Assad à l’AFP survient dans un contexte particulièrement tendu, Washington ayant bombardé la base aérienne syrienne d’Al-Chaayrate le 7 avril. L'administration Trump a indiqué avoir agi en représailles à l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun, que Washington impute à l’armée syrienne, sans fournir de preuves.

Source : sites web

14-04-2017 | 09:38
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut