Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Afrique >> Afrique

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le nombre d'enfants utilisés par le groupe terroriste «Boko Haram» dans des attaques kamikazes a fortement augmenté et les armées de la région du lac Tchad continuent à les maintenir en détention pour obtenir des informations sur le conflit, s'est alarmée l'Unicef mercredi.

Les enfants victimes du conflit contre «Boko Haram», selon l'Unicef.

«Le nombre d'enfants utilisés dans des attaques-suicides dans le conflit du lac Tchad s'élève à 27 au premier trimestre 2017, contre neuf à la même période l'an dernier», selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance.

«C'est la pire utilisation possible des enfants dans les conflits», explique Marie-Pierre Poirier, directrice de l'Unicef pour l'Afrique de l'Ouest et du centre, alors que le Nigeria se prépare à commémorer l'enlèvement des lycéennes de Chibok, il y a trois ans.

En avril 2014, environ deux cents jeunes filles avaient été enlevées par le groupe takfiriste, soulevant une indignation mondiale. Les kidnappings en masse d'enfants, de femmes et d'hommes, dans les villages attaqués par «Boko Haram» sont particulièrement fréquents. Ils sont ensuite forcés à combattre aux côtés des terroristes.

Jusqu'à présent, 117 enfants ont été utilisés pour commettre des attentats à la bombe au Nigeria, au Tchad, au Niger et au Cameroun depuis 2014: quatre en 2014, 56 en 2015, 30 en 2016 et 27 au cours des trois premiers mois de 2017.

Enfants, jeunes adolescentes, mais aussi des femmes portant des nouveau-nés, se sont fait exploser sur ordre du groupe terroriste.

L'Unicef s'inquiète du nombre d'enfants détenus par les armées des quatre pays de la région (Nigeria, Niger, Tchad, Cameroun). «En 2016, près de 1.500 enfants étaient sous détention administrative».

«Ils sont détenus dans des casernes, séparés de leurs parents, sans suivi médical, sans soutien psychologique, sans éducation, dans des conditions et pour des durées que l'on ignore», explique Patrick Rose, coordonnateur régional. «Ils les interrogent sur ce qu'ils ont vu pour avoir des renseignements sur le conflit».

L'année dernière, Amnesty International avait déjà alerté les autorités sur ces conditions de détention «horribles»: les personnes interrogées souffrent «de maladies, de faim, de déshydratation et de blessures par balles».

149 personnes, dont 11 enfants de moins de 6 ans sont morts dans les casernes de Giwa à Maiduguri (Etat du Borno, nord-est du Nigeria) entre janvier et mai 2016.

Lundi, le gouvernement nigérian a annoncé avoir libéré 600 personnes, dont 200 enfants, un geste «d'espoir» salué par les humanitaires qui encouragent une meilleure réintégration des villageois qui ont vécu sous le joug des extrémistes de «Boko Haram».

Le groupe terroriste est largement affaibli depuis l'arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari, mais la région du lac Tchad reste très instable.

Le conflit avec «Boko Haram» a fait plus de 20.000 morts depuis 2009 et 2,6 millions de déplacés.

Source: agences et rédaction

12-04-2017 | 11:10
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut