Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
France/Présidentielle: pour 66% des Français, le clivage droite-gauche est dépassé Lorsque le «poisson Nasrallah» occupe les rivages d’«Israël» ... et son esprit Trois terroristes de «Daech» éliminés... par des sangliers sauvages La Turquie pourrait revoir sa position sur l’UE, dit Erdogan Les attentats contre les églises visent l’unité des Egyptiens, dit le pape copte Brouille diplomatique entre Berlin et «Tel-Aviv» Yémen: des marcheurs «pour le pain» atteignent le port de Hodeida Irak: l’armée reprend un important quartier de Mossoul à «Daech» Référendum en Turquie: une haute cour rejette un recours de l’opposition Le mémorandum Russie-USA sur la prévention d’incidents aériens en Syrie ranimé Cri d’alarme du chef de l’ONU pour éviter la famine au Yémen «Daech» s’est excusé de l’armée israélienne pour l’avoir attaquée par erreur 100 jours après l’investiture, Trump au plus bas et rejette la faute sur les médias Pyongyang célèbre l’anniversaire de l’armée par un exercice militaire Espagne: vaste opération antiterroriste près de Barcelone, 12 perquisitions France/Présidentielle 2017: Le Pen en congé de la présidence du FN pour mener campagne Solidarité avec les 1500 grévistes: Georges Abdallah a lancé une grève de plateau de trois jours Attaque chimique en Syrie: les USA introduisent des sanctions au lieu de mener une enquête Theresa May prête à effectuer une frappe nucléaire «initiale préventive» Syrie: 300 terroristes éliminés dans la province de Hama Accusée d’avoir une «préférence» pour Le Pen, la Russie répète qu’elle ne soutient aucun candidat Présidentielle française: Damas espère un changement de la politique française Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

En violation du droit international, les USA ont bombardé une base militaire en Syrie sous prétexte de «punir pour une attaque chimique» présumée dont Damas assure n’être pas coupable. Washington avait besoin de franchir la ligne rouge pour renforcer la crédibilité de Trump aux yeux des Américains, selon le général libanais Hisham Jaber.

Trump a bombardé la Syrie «en raison des problèmes» aux USA.

Et si Donald Trump avait entrepris de frapper la base aérienne syrienne d’al-Chaayrate uniquement pour stimuler sa côte de popularité auprès du peuple américain, qui n'hésite pas à critiquer le nouveau locataire de la Maison-Blanche, suppose Hisham Jaber, général libanais à la retraite, au micro de Sputnik.

«L'attaque contre une base aérienne en Syrie est une violation du droit international. Le Conseil de sécurité de l'Onu n'a pas autorisé la tenue d'actions militaires sur le territoire syrien. En outre, le Président Trump n'a pas demandé l'aval du Congrès américain. Je pense que M. Trump a entrepris cette démarche en raison des problèmes dans le pays. (…) M. Trump s'est servi de l'attaque chimique en Syrie comme prétexte pour bombarder et obtenir ainsi soutien du Congrès et des Américains», a déclaré Hisham Jaber.

Néanmoins, personne n'empêche les opposants du gouvernement d'Assad d'espérer que les frappes aériennes meurtrières de Washington «soient le début d'une guerre de grande envergure contre Damas aboutissant à l'invasion des troupes américaines en Syrie», note M. Jaber, qui ajoute toutefois: «Je ne pense pas que cela se produise, et je crois que les États-Unis ne bombarderont plus Damas».

Il est également d'avis que l'attaque américaine n'affectera pas la lutte antiterroriste que mène inlassablement le gouvernement syrien.

«Comme l'a dit M. Assad, l'armée syrienne continuera à combattre les terroristes», a-t-il indiqué.

Le général libanais souligne en outre que Washington a approuvé le fait que Damas ait détruit toutes les armes chimiques et que les groupes extrémistes, dont «Daech», y ont eu recours.

«Nous savons aussi que lorsque Damas se débarrassait des armes chimiques, le gouvernement a donné à l'Onu une carte marquant les lieux d'enfouissement des armes chimiques. Ces territoires n'étaient pourtant plus contrôlés par le gouvernement mais étaient sous l'emprise des terroristes, et Washington le savait. Voilà pourquoi j'estime qu'il y a une autre version de l'incident: ni les troupes gouvernementales ni les combattants ne sont impliqués dans l'attaque chimique. L'émission des produits chimiques s'est produite lors d'une explosion ou d'une frappe aérienne», a-t-il conclu.

Sous prétexte de l'attaque chimique présumée de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par l'Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne d’al-Chaayrate. Vendredi matin, une soixantaine de missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée, faisant selon Damas neuf morts, dont quatre enfants, et causant d'importantes destructions.

En réaction à l'attaque américaine, la Russie a suspendu son accord avec Washington sur la prévention des incidents et la sécurité des vols lors des opérations en Syrie, signé en octobre 2015 quelques semaines après le début de l'opération russe dans le pays.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé que les frappes américaines contre la base d’al-Chaayrate avaient été «planifiées depuis longtemps», l'attaque chimique de Khan Cheikhoun n'étant qu'un prétexte.

Source: Sputnik

08-04-2017 | 14:54
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut