Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Syrie: un attentat à la voiture piégée à Homs fait plusieurs victimes Trump a demandé à des responsables du renseignement de nier tout lien avec la Russie Les violences en RDC font plus de déplacés qu’en Syrie, selon une ONG Bahreïn: Les forces du régime prennent d’assaut le village de Daraz, des manifestants y résistent Au Yémen, la foule accueille l’émissaire de l’Onu avec des chaussures Italie/migrants: 50.000 arrivées depuis janvier, accord avec les voisins de la Libye GB: au moins 19 morts dans une «attaque terroriste» à Manchester La Russie et la Chine préoccupées par les activités militaires nord-coréennes et US Choléra au Yémen: 315 morts, 29.300 cas suspects L’armée tunisienne met en garde contre le blocage des sites pétroliers La victoire de Rohani, mauvaise nouvelle pour Trump et ses alliés, selon Fisk Recep Tayyip Erdogan réélu à la tête de l’AKP, le parti au pouvoir «Israël» préoccupé par le contrat d’armements américano-saoudien Zarif: Trump veut «pomper» l’argent de l’Arabie saoudite Quels sont les investissements financiers et militaires de Trump en Arabie? Présidentielle iranienne: Rohani réélu dès le premier tour Empreinte US: Macron et Philippe, «Young Leaders» de la French-American Foundation Choléra au Yémen: près de 23.500 cas, 242 morts en trois semaines L’Onu craint un retour prochain de terroristes en Europe Venezuela: «Retire tes mains sales d’ici, Trump», lance Maduro Syrie: Les derniers hommes armés s’apprêtent à quitter Homs Tunisie: limogeage de la présidente de la commission chargée des filières terroristes Le président sortant Hassan Rohani en tête de l’élection iranienne Irak: une double explosion frappe Bagdad, plusieurs morts et blessés Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Après les frappes américaines contre une base aérienne syrienne, la diplomatie française n’a pas condamné vendredi l’attaque. François Hollande a estimé que la «réponse» des Etats-Unis devait «maintenant être poursuivie au niveau international, dans le cadre des Nations Unies si c'est possible».

Agression US en Syrie: Paris ne souhaite aucune confrontation avec Téhéran et Moscou.

«Je considère que cette opération était une réponse». «Elle doit être maintenant poursuivie au niveau international dans le cadre des Nations Unies si c'est possible, de façon à ce que nous puissions aller au bout des sanctions contre Bachar el-Assad et empêcher qu'il y ait de nouveau utilisation des armes chimiques et l'écrasement par ce régime de son propre peuple», a déclaré, en marge d'un déplacement en Ardèche, le chef de l'Etat, qui réunira un Conseil de défense à l'Elysée à 19h00.

Pour le ministre des Affaires étrangères, Jean Marc Ayrault, il s’agit d’«un avertissement» et d’«un début de clarification», donnés par les Américains.  

Paris a été informé sur les frappes US

Cité par l’AFP, Ayrault revient dans ses propos sur la position irano-russe envers la Syrie qui est pour une solution diplomatique et prétend que le soutien des Russes et des Iraniens à Assad «n’a pas de sens». Le diplomate français a ajouté que «Paris ne souhaite aucune confrontation avec Téhéran et Moscou».

Le chef de la diplomatie française a été informé par Rex Tillerson, son homologue américain, «dans la nuit», sur les frappes contre la base aérienne syrienne d'al-Chaayrate, selon les sources diplomatiques françaises citées par Reuters.

Parmi les candidats à la présidentielle française, cette agression militaire contre la Syrie, suscite des positions opposées.

Le Pen «étonnée»

Marine Le Pen s'est déclarée vendredi «étonnée» de la décision du président américain Donald Trump, devenant ainsi à nouveau «gendarme du monde».
«Est-ce que c'est trop demander d'attendre les résultats d'une enquête internationale indépendante avant d'opérer ce genre de frappe?», s'est interrogée la candidate Front National à l'élection présidentielle sur France 2, souhaitant «qu'on ne retrouve pas le même scénario que celui qu'on a pu voir en Irak, en Libye».

Mme Le Pen a laissé entendre qu'il fallait continuer à parler au président syrien Bachar el-Assad «tant qu'il n'y a personne d'autre de crédible».

Fillon met en garde contre une «confrontation directe» Occident-Russie

François Fillon, candidat «Les Républicains» à la présidentielle, a dit vendredi que l'on pouvait «comprendre» la «riposte américaine» à l'attaque chimique présumée en Syrie, tout en demandant à ce qu'elle ne conduise pas «à une confrontation» entre l'Occident d'un côté, la Russie et l'Iran de l'autre.

«Ce serait un terrible danger pour la paix», écrit l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy dans un communiqué.

«La France doit exiger que l'enquête des Nations unies soit conduite dans les meilleurs délais et que les mesures nécessaires soient prises pour faire respecter l'interdiction d'utilisation des armes chimiques», demande-t-il.

Macron pour une opération militaire contre «Daech et Assad»

Le 6 avril, le candidat d'En Marche, Emmanuel Macron a appelé à «organiser une opération militaire en Syrie avec plusieurs puissances internationales. Celle-ci devrait cibler prioritairement Daech, mais aussi le gouvernement syrien».

Une telle intervention militaire «devrait se faire sous l'égide de l'ONU», a précisé l'ex-ministre de l'Economie sur France 2, rejetant l'option d'une intervention unilatérale française en Syrie.

Source: agences et rédaction

07-04-2017 | 13:02
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut