Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Pakistan a recommencé lundi à rapatrier des réfugiés afghans vers l'Afghanistan, un programme controversé en raison des mauvaises conditions de sécurité et d'accueil qui les attendent dans leur pays d'origine.

Le Pakistan reprend le rapatriement controversé de réfugiés afghans

Une première phase l'an dernier avait vu quelque 380.000 réfugiés afghans rentrer au pays depuis le Pakistan, où certains étaient parfois installés depuis des décennies. Le programme avait été interrompu en décembre en raison des conditions météo hivernales.

«Le programme de rapatriement volontaire des réfugiés afghans enregistrés a repris aujourd'hui», a déclaré à l'AFP une porte-parole du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) au Pakistan, Duniya Aslam Khan. L'agence onusienne a réduit l'aide financière octroyée aux familles en partance, qui repasse de 400 à 200 USD par personne. Cette décision est due «aux contraintes financières auxquelles font face les opérations humanitaires dans le monde», a-t-elle expliqué.

Cette aide avait été doublée en 2016, ce qui avait poussé les Afghans au retour, selon l'ONU. Mais nombre de réfugiés et d'ONG ont également mis en cause l'attitude hostile des autorités pakistanaise.

L'opération a ainsi été vivement critiquée en février par l'organisation Human Rights Watch (HRW), qui a accusé le Pakistan de recourir à la force et à la menace, et dénoncé la «complicité» du HCR. «Le Haut Commissariat est resté silencieux face à ces refoulements à grande échelle, sans dénoncer une seule fois le fait que beaucoup de ces rapatriés fuyaient d'abord les abus de la police (...) ni dénoncer l'attitude du Pakistan, contraire au droit international», selon le rapport de HRW.

Le HCR avait rejeté ces accusations, estimant que «divers facteurs» avaient encouragé ces retours massifs, y compris les «appels à rentrer du gouvernement afghan». HRW avait appelé les bailleurs de fonds internationaux à «intervenir pour exhorter le gouvernement et l'ONU à protéger les réfugiés afghans qui se trouvent toujours au Pakistan».

Il y avait près de 2,5 millions de réfugiés afghans au Pakistan, enregistrés ou non, selon les derniers chiffres publiés l'an dernier, ce qui en faisait le troisième plus grand pays hôte de réfugiés selon le HCR.

Source: agences

04-04-2017 | 14:36
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut