Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
France/Présidentielle: pour 66% des Français, le clivage droite-gauche est dépassé Lorsque le «poisson Nasrallah» occupe les rivages d’«Israël» ... et son esprit Trois terroristes de «Daech» éliminés... par des sangliers sauvages La Turquie pourrait revoir sa position sur l’UE, dit Erdogan Les attentats contre les églises visent l’unité des Egyptiens, dit le pape copte Brouille diplomatique entre Berlin et «Tel-Aviv» Yémen: des marcheurs «pour le pain» atteignent le port de Hodeida Irak: l’armée reprend un important quartier de Mossoul à «Daech» Référendum en Turquie: une haute cour rejette un recours de l’opposition Le mémorandum Russie-USA sur la prévention d’incidents aériens en Syrie ranimé Cri d’alarme du chef de l’ONU pour éviter la famine au Yémen «Daech» s’est excusé de l’armée israélienne pour l’avoir attaquée par erreur 100 jours après l’investiture, Trump au plus bas et rejette la faute sur les médias Pyongyang célèbre l’anniversaire de l’armée par un exercice militaire Espagne: vaste opération antiterroriste près de Barcelone, 12 perquisitions France/Présidentielle 2017: Le Pen en congé de la présidence du FN pour mener campagne Solidarité avec les 1500 grévistes: Georges Abdallah a lancé une grève de plateau de trois jours Attaque chimique en Syrie: les USA introduisent des sanctions au lieu de mener une enquête Theresa May prête à effectuer une frappe nucléaire «initiale préventive» Syrie: 300 terroristes éliminés dans la province de Hama Accusée d’avoir une «préférence» pour Le Pen, la Russie répète qu’elle ne soutient aucun candidat Présidentielle française: Damas espère un changement de la politique française Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> Europe

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Si rien ne change, certains pays très endettés pourront suivre l’exemple du Royaume-Uni et sortir de l'Union européenne, a estimé le responsable de la stratégie Forex de la Saxo Bank, John Hardy.

Une nouvelle crise financière guette l’UE.

Certains pays de l'Union européenne pourraient être tentés par un scenario à la Brexit, et l'Italie en est sans doute l'un des premiers candidats, a dans un entretien avec Sputnik l'expert en stratégie monétaire.

«L'économie de ce pays est tout simplement stagnante. Ils [les Italiens, ndlr] ont une dette immense. L'Italie a besoin de réformes structurelles», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que l'Espagne et le Portugal étaient eux aussi confrontés à des problèmes, mais que leurs gouvernements arrivaient à les gérer pour le moment.

«À mon avis, le problème réside dans la structure générale. L'Union européenne a une seule banque centrale et une monnaie unique, mais les innombrables structures fiscales européennes n'ont pas de dettes réciproques. La Banque centrale européenne (BCE) a essayé de résoudre ce problème par des émissions. On dirait que l'économie va mieux. […] Mais qu'en est-il de cet argent? L'Italie pourrait-elle rembourser sa dette? Non. Et la Grèce, pourrait-elle rendre l'argent à ces créanciers? Non, tout comme le Portugal et d'autres. Tout se réduit au problème structurel qu'il faut résoudre», a souligné M. Hardy.

Selon ce dernier, sur le plan financier, le Portugal se trouve dans une situation encore pire que l'Italie, mais les Portugais sont toujours attachés à leur participation à l'UE bien qu'elle leur coûte cher.

«Bien que la situation de l'Italie soit plus compliquée, elle tient à l'euro, n'oubliant pas l'époque de la dévaluation galopante de sa lire. Quoi qu'il en soit, son économie ne croît pas tant qu'elle reste dans la zone euro. Il faut qu'une partie de sa dette soit annulée. Et le seul moyen d'y parvenir consiste à introduire le principe des dettes réciproques», a indiqué l'expert.

Il se prononce en faveur d'une intégration fiscale, sinon la récession reviendra dans une année ou deux.

«Et alors le problème structurel redeviendra actuel, car personne n'a essayé de le résoudre pour de bon, la Banque centrale ne faisant en fait qu'émettre de l'argent pour maintenir le fonctionnement du système», a constaté l'interlocuteur de Sputnik.

Selon lui, L'Allemagne contrôle pour beaucoup la politique financière de l'UE, et en est également le principal bénéficiaire.

«La faiblesse de l'euro a favorisé l'économie allemande. […] L'Europe a toutefois besoin d'une large intégration fiscale, ce qui n'est pas du tout facile à réaliser dans la zone d'une monnaie unique. L'Allemagne devrait augmenter l'inflation et affaiblir sa compétitivité par rapport à la périphérie de l'UE. Il est vrai que cette idée n'est pas soutenue par l'actuel gouvernement allemand», a regretté M. Hardy.

Et de conclure que pour le moment, l'Allemagne constituait sans doute le principal problème de l'Europe.

Source: agences et rédaction

03-04-2017 | 12:07
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut