Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Ni Le Pen, ni Macron»: des manifestations dégénèrent à Paris et Rennes L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Grève générale des Palestiniens en soutien aux grévistes de la faim Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains Source syrienne: L’agression israélienne, une tentative désespérée pour remonter le moral des terroristes La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Un ministre israélien confirme l’agression contre la Syrie: Cohérente avec la politique d’«Israël» Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Lavrov à Jubeir: le Hezbollah n’est pas une organisation terroriste Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement Des armes «made in Daesh» testées à Mossoul UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Des élus démocrates et républicains du Congrès américain ont affirmé dimanche ne disposer d’aucun élément leur permettant de prouver que Barack Obama a fait mettre sur écoutes Donald Trump à l'automne dernier.

Des élus du Congrès remettent en question les accusations d'écoutes de Trump visant Obama

Plusieurs jours après une série de tweets du président américain, Donald Trump, accusant Barack Obama de l’avoir placé sur écoutes, des élus démocrates et républicains du Congrès ont déclaré dimanche 19 mars ne pas disposer de la moindre preuve.

«J'ignore sur quelle base s'appuie le président Trump», a déclaré la sénatrice républicaine Susan Collins sur NBC. «Je crois qu'il nous doit des explications». Susan Collins a assuré qu'elle soutenait le nouveau locataire de la Maison blanche mais ne se rangerait pas à ses côtés s'il «déforme les faits».

Le directeur du FBI, James Comey, devrait être interrogé sur les accusations lancées par Trump, lorsqu'il témoignera lundi, lors d'une audience publique, sur l'ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle de novembre 2016.

Adam Schiff, démocrate siégeant à la commission des renseignements de la Chambre des représentants qui conduira l'audience, a estimé que les affirmations de Trump étaient «absolument fausses» et a dit espérer que Comey aille dans le même sens lors de sa déposition lundi.

Plusieurs républicains, dont Tom Cole, une des personnalités républicaines de la Chambre des Représentants, ont demandé ces derniers jours à Donald Trump de s'excuser pour ses accusations lancées sur Twitter le 4 mars.

«Je ne vois rien qui permette de dire que c'est vrai», a dit Tom Cole à propos des accusations de mise sur écoutes. Si Donald Trump ne fournit pas de preuve convaincante, a-t-il ajouté, «il doit des excuses au président Obama». D'autres représentants républicains, comme Charlie Dent et Will Hurd, ont abondé dans le même sens.

Source : agences

20-03-2017 | 16:15
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut