Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Embargo sur les armes belges vers l’Arabie: le débat relancé Moscou: De nouvelles sanctions antirusses ne nuisent qu’à la lutte mondiale contre «Daech» Nouvelle offensive des forces irakiennes sur la vieille ville de Mossoul Des milliers de manifestants à Sanaa protestent contre l’offensive dirigée par l’Arabie L’Iran sanctionne 15 sociétés américaines pour soutien à «Israël» et au terrorisme L’armée algérienne abat deux terroristes, dont «l’émir local de Daech» Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Assad: les pays occidentaux se sont isolés en soutenant les représentants du terrorisme contre Damas Quand les sionistes sont terrorisés... Nouveau massacre saoudien au Yémen: 8 femmes et un enfant tombés en martyre (photos) Viols, massacres de bébés: l’armée birmane accusée de «nettoyage ethnique» Libye: les extrémistes chassés de leur bastion à l’ouest de Benghazi L’Arabie saoudite dévoile son chasseur-bombardier dernière génération Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Des élus démocrates et républicains du Congrès américain ont affirmé dimanche ne disposer d’aucun élément leur permettant de prouver que Barack Obama a fait mettre sur écoutes Donald Trump à l'automne dernier.

Des élus du Congrès remettent en question les accusations d'écoutes de Trump visant Obama

Plusieurs jours après une série de tweets du président américain, Donald Trump, accusant Barack Obama de l’avoir placé sur écoutes, des élus démocrates et républicains du Congrès ont déclaré dimanche 19 mars ne pas disposer de la moindre preuve.

«J'ignore sur quelle base s'appuie le président Trump», a déclaré la sénatrice républicaine Susan Collins sur NBC. «Je crois qu'il nous doit des explications». Susan Collins a assuré qu'elle soutenait le nouveau locataire de la Maison blanche mais ne se rangerait pas à ses côtés s'il «déforme les faits».

Le directeur du FBI, James Comey, devrait être interrogé sur les accusations lancées par Trump, lorsqu'il témoignera lundi, lors d'une audience publique, sur l'ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle de novembre 2016.

Adam Schiff, démocrate siégeant à la commission des renseignements de la Chambre des représentants qui conduira l'audience, a estimé que les affirmations de Trump étaient «absolument fausses» et a dit espérer que Comey aille dans le même sens lors de sa déposition lundi.

Plusieurs républicains, dont Tom Cole, une des personnalités républicaines de la Chambre des Représentants, ont demandé ces derniers jours à Donald Trump de s'excuser pour ses accusations lancées sur Twitter le 4 mars.

«Je ne vois rien qui permette de dire que c'est vrai», a dit Tom Cole à propos des accusations de mise sur écoutes. Si Donald Trump ne fournit pas de preuve convaincante, a-t-il ajouté, «il doit des excuses au président Obama». D'autres représentants républicains, comme Charlie Dent et Will Hurd, ont abondé dans le même sens.

Source : agences

20-03-2017 | 16:15
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut