Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

USA: l’ex-sénateur Joe Lieberman ne souhaite pas diriger le FBI Le projet d’une «Otan arabe» n’est pas viable Sayed Nasrallah: L’Arabie Saoudite cherche la protection des USA, l’axe de la résistance est devenu plus fort Sur le chemin de la Libération… Pékin voit rouge après l’apparition d’un navire US près d’un archipel disputé Macron réitère à Bruxelles son ambition de «refonder» l’Europe Quatre membres de «Daech» projetant des attaques dans les transports arrêtés à Moscou Les Etats-Unis ont égaré l’équivalent d’un milliard de dollars d’armes en Irak et au Koweït Tunisie: la vie reprend à Tataouine, report d’une manifestation 535 millions d’enfants touchés par la violence et les catastrophes naturelles (Unicef) Trump au président al-Sissi : «Mec, j’adore tes chaussures» Le président turc lance un ultimatum à Bruxelles au sujet de l’adhésion de son pays à l’UE Macron aurait sa majorité à l’Assemblée nationale Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> FAITS DIVERS

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Particulièrement en verve, le dirigeant turc s’est lancé dans une nouvelle série de propos provocateurs à l’attention du Vieux continent, une cible qu’il affectionne particulièrement ces derniers temps.

Erdogan aux Turcs vivant en Europe: «Ne faites pas trois, mais cinq enfants. Vous êtes l’avenir !»

«J’en appelle à mes citoyens, mes frères et sœurs en Europe […] Allez vivre dans de meilleurs quartiers. Conduisez les meilleures voitures. Vivez dans les meilleures maisons. Ne faites pas trois, mais cinq enfants. Car vous êtes l’avenir de l’Europe. Ce sera la meilleure réponse aux injustices contre vous». Voilà le conseil qu’a donné Recep Tayyip Erdogan aux Turcs expatriés.

Le président turc a livré ses recommandations lors d’un meeting le 17 mars dans la ville d’Eskisehir, au cours duquel il s'exprimait sur la réforme constitutionnelle soumise à un référendum qui doit se tenir le 16 avril.

Ces derniers jours, le dirigeant a enchaîné les attaques contre l’Europe. Le 16 mars, il avait en effet accusé la Cour de justice de l'Union européenne d’avoir «lancé une croisade contre le croissant», celle-ci ayant estimé qu’une entreprise pouvait, si elle le souhaitait, interdire le foulard islamique.

«L'Europe retourne doucement vers les jours qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale», avait-il estimé.

Le ministre turc de l'Intérieur a en outre défié l'UE en laissant entendre que la Turquie pourrait permettre à des milliers de migrants de traverser la Méditerranée pour se rendre en Europe.

«Je le dis à l'Europe, êtes-vous à la hauteur ? Si vous le voulez, nous pouvons ouvrir la voie aux 15 000 réfugiés que nous ne vous envoyons pas chaque mois et vous couper le souffle», a déclaré le 16 mars le ministre turc de l'Intérieur, Süleyman Soylu, cité par le journal turc Hurriyet.

«Vous devez garder à l'esprit que vous ne pouvez pas vous livrer à des jeux dans la région sans tenir compte de la Turquie», a-t-il ajouté, mettant ainsi formellement en garde les pays-membres de l'UE.

Les propos du ministre sont venus s'ajouter aux menaces proférées ces derniers jours par les autorités turques de mettre fin unilatéralement au pacte migratoire conclu en mars 2016 avec l'Union européenne. Dans le cadre de cet accord, la Turquie s'était engagée à accepter le retour sur son sol de tous les migrants entrés illégalement en Grèce depuis son territoire. En contrepartie de cet effort, la Turquie reçoit un financement européen qui devrait atteindre 6 milliards d'euros d'ici 2018.

Ce pacte migratoire controversé avait permis de freiner le flux migratoire vers l'Europe. Ainsi, alors que près de 200 000 migrants avaient rejoint les îles grecques entre décembre 2015 et fin février 2016, ils n’étaient que 3 500 sur la même période un an plus tard.

Pas d'apaisement en vue entre les capitales européennes et Ankara

Le ministre turc de l'Intérieur a violemment critiqué l'interdiction dans plusieurs pays européens de meetings en faveur du référendum sur l'extension des pouvoirs du président turc.

«La Constitution va-t-elle changer en Allemagne, aux Pays-Bas ? [...] Ce sont nos affaires intérieures. Qu'est ce que cela peut vous faire ? De quoi vous mêlez-vous ?», a-t-il déclaré, en accusant ces deux pays d'être impliqués dans les manifestations anti-Erdogan de juin 2013, les protestations pro-kurdes d'octobre 2014 et la tentative de coup d'Etat du 15 juillet 2016.

La Turquie et l'UE traversent une crise diplomatique après le refus de certains pays européens d'autoriser des responsables turcs à participer à des meetings pro-Erdogan aux côtés de la diaspora turque en Europe. Ces interdictions et restrictions ont été qualifiées par le président turc Recep Erdogan de «vestiges nazis, fascistes». Le chef d'Etat avait également menacé les Pays-Bas en ces termes : «[Ils] paieront le prix fort pour leur comportement indécent».

En pleine campagne référendaire en faveur de la réforme constitutionnelle soumise à référendum le 16 avril prochain, le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan accorde une importance particulière au vote des millions de Turcs établis en Europe. C'est dans cette perspective qu'il a tenté de multiplier les interventions dans les pays européens.

Source : sites web

18-03-2017 | 12:23
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut