Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

«Daech» revendique l’attaque contre les chrétiens en Egypte Bahreïn: Enterrement clandestin des martyrs de Daraz, le pays en pleine protestation La déception… alliée des alliés israélo-étasuniens et faux-arabes Irak: nouvelle offensive sur les derniers quartiers terroristes de Mossoul Plus de 100 morts dans des inondations au Sri Lanka Arabie saoudite : scènes de guerre dans Al-Awamia assiégée par les autorités Hamad ben Issa: Le roi du sang et de la sédition! «La guerre contre le terrorisme ne fonctionne pas» : Theresa May sous le feu des critiques Libye: violents combats dans la capitale, au moins 28 morts et 100 blessés «Israël» cède enfin devant les prisonniers palestiniens en grève Zahraa, une militante pour la liberté, d’un type différent! 120 terroristes en route vers Palmyre abattus par l’aviation russe Pékin et Moscou s’élèvent contre l’installation des antimissiles US en Corée du Sud Croatie: la police accusée de violences contre des migrants Egypte: au moins 23 chrétiens coptes tués par des hommes armés Turquie: plus de 4.000 juges et procureurs limogés Syrie: l’armée reprend la route reliant Damas à Palmyre La Russie signe un accord de coopération militaire avec les Philippines, en proie à une «invasion» Au Vatican, Ivanka Trump prend la photo d’un footballeur pour l’image d’un saint La justice américaine confirme la suspension du décret anti-immigration de Trump Poutine en France: «Dialoguer n’est pas s’aligner», selon Paris Irak: l’armée US reconnaît la mort de 100 civils dans une frappe Indonésie: «Daech» revendique un double attentat suicide Trump accusé d’avoir provoqué une nouvelle vague de répression au Bahreïn USA: l’ex-sénateur Joe Lieberman ne souhaite pas diriger le FBI Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Reçu à la Maison-Blanche, le vice-prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a tenu à dédouaner son hôte de tout sentiment antimusulman. Les relations entre l’Arabie Saoudite et les États-Unis promettent d’être plus solides que jamais sous la présidence Trump, estime la presse saoudienne.

Riyad et Washington mettent en scène leur bonne entente

Alors que le roi d’Arabie Saoudite Salmane ben Abdelaziz poursuit sa tournée asiatique par une visite au Japon, son fils, le vice-prince-héritier Mohammed ben Salmane, était reçu en grande pompe à Washington le 14 mars. «C’est le premier responsable du Golfe et le deuxième responsable arabe rencontré par le nouveau président américain», écrit le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat.

«Les deux hommes confirment leur volonté de renforcer les relations stratégiques pour qu’elles soient plus solides que jamais», titre Al-Eqtisadiah. Et Al-Riyadh, le quotidien de la capitale saoudienne, de surenchérir : «Selon l’entourage de Ben Salmane, la rencontre avec Trump constitue un tournant historique».

Les Saoudiens exécraient le président Barack Obama. Donald Trump, lui, n’a jamais eu mauvaise presse en Arabie Saoudite. Au contraire. Riyad apprécie ses positions franchement hostiles à l’égard de l’Iran et continue même de prendre sa défense au sujet du décret antimusulman. «L’Arabie Saoudite ne considère pas que cette mesure soit dirigée contre la religion musulmane», relève le site Al-Khaleej Al-Jadid.

Par ailleurs, après avoir discuté avec Trump, Ben Salmane a dit qu’il était à l’aise avec les positions de celui-ci au sujet de l’islam. Selon lui, Trump a une volonté sans précédent de parvenir à des terrains d’entente propices aux intérêts avec le monde musulman.

L’homme préféré de Washington

Rien d’étonnant à ce que «l’homme d’affaires Trump» puisse s’entendre avec «le principal responsable des dossiers économiques saoudiens, qui lui aussi est un homme d’affaires», note en brin perfide le quotidien panarabe Rai Al-Youm.

Le journal s’interroge également sur l’incidence de cette visite sur la succession dynastique en Arabie Saoudite : «Est-ce que Ben Salmane [officiellement le numéro deux dans l’ordre de succession] approche un peu plus du trône maintenant que Trump l’a choisi […], alors que jusqu’à présent l’homme préféré de Washington était le prince-héritier Mohammed ben Nayef ?».

Source: sites web

16-03-2017 | 16:12
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Recherche
Vers le haut