Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Embargo sur les armes belges vers l’Arabie: le débat relancé Moscou: De nouvelles sanctions antirusses ne nuisent qu’à la lutte mondiale contre «Daech» Nouvelle offensive des forces irakiennes sur la vieille ville de Mossoul Des milliers de manifestants à Sanaa protestent contre l’offensive dirigée par l’Arabie L’Iran sanctionne 15 sociétés américaines pour soutien à «Israël» et au terrorisme L’armée algérienne abat deux terroristes, dont «l’émir local de Daech» Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Assad: les pays occidentaux se sont isolés en soutenant les représentants du terrorisme contre Damas Quand les sionistes sont terrorisés... Nouveau massacre saoudien au Yémen: 8 femmes et un enfant tombés en martyre (photos) Viols, massacres de bébés: l’armée birmane accusée de «nettoyage ethnique» Libye: les extrémistes chassés de leur bastion à l’ouest de Benghazi L’Arabie saoudite dévoile son chasseur-bombardier dernière génération Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Reçu à la Maison-Blanche, le vice-prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a tenu à dédouaner son hôte de tout sentiment antimusulman. Les relations entre l’Arabie Saoudite et les États-Unis promettent d’être plus solides que jamais sous la présidence Trump, estime la presse saoudienne.

Riyad et Washington mettent en scène leur bonne entente

Alors que le roi d’Arabie Saoudite Salmane ben Abdelaziz poursuit sa tournée asiatique par une visite au Japon, son fils, le vice-prince-héritier Mohammed ben Salmane, était reçu en grande pompe à Washington le 14 mars. «C’est le premier responsable du Golfe et le deuxième responsable arabe rencontré par le nouveau président américain», écrit le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat.

«Les deux hommes confirment leur volonté de renforcer les relations stratégiques pour qu’elles soient plus solides que jamais», titre Al-Eqtisadiah. Et Al-Riyadh, le quotidien de la capitale saoudienne, de surenchérir : «Selon l’entourage de Ben Salmane, la rencontre avec Trump constitue un tournant historique».

Les Saoudiens exécraient le président Barack Obama. Donald Trump, lui, n’a jamais eu mauvaise presse en Arabie Saoudite. Au contraire. Riyad apprécie ses positions franchement hostiles à l’égard de l’Iran et continue même de prendre sa défense au sujet du décret antimusulman. «L’Arabie Saoudite ne considère pas que cette mesure soit dirigée contre la religion musulmane», relève le site Al-Khaleej Al-Jadid.

Par ailleurs, après avoir discuté avec Trump, Ben Salmane a dit qu’il était à l’aise avec les positions de celui-ci au sujet de l’islam. Selon lui, Trump a une volonté sans précédent de parvenir à des terrains d’entente propices aux intérêts avec le monde musulman.

L’homme préféré de Washington

Rien d’étonnant à ce que «l’homme d’affaires Trump» puisse s’entendre avec «le principal responsable des dossiers économiques saoudiens, qui lui aussi est un homme d’affaires», note en brin perfide le quotidien panarabe Rai Al-Youm.

Le journal s’interroge également sur l’incidence de cette visite sur la succession dynastique en Arabie Saoudite : «Est-ce que Ben Salmane [officiellement le numéro deux dans l’ordre de succession] approche un peu plus du trône maintenant que Trump l’a choisi […], alors que jusqu’à présent l’homme préféré de Washington était le prince-héritier Mohammed ben Nayef ?».

Source: sites web

16-03-2017 | 16:12
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Recherche
Vers le haut