Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
L’Allemagne formera des militaires saoudiens sur son sol Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Moyen Orient

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les enfants nés en Syrie de combattants de «Daech», «militairement entraînés dès l'âge de sept ou huit ans», pourraient constituer un «danger pour demain», ont estimé le 15 mars de hauts responsables belges experts en terrorisme.

Les «enfants de Daech» sont un «danger pour demain», mettent en garde des responsables belges

«La Belgique compte encore quelque 160 personnes qui sont [en Syrie], des hommes et des femmes, et une vingtaine souhaitent rentrer», a expliqué à des journalistes un responsable belge spécialiste en terrorisme s'exprimant sous couvert d'anonymat, à quelques jours du premier anniversaire des attentats qui ont fait 32 morts dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016.

Il n'y a pas de signe d'un prochain retour massif des combattants de Syrie et «la plupart de ceux qui veulent rentrer sont des femmes, qui veulent revenir parce que beaucoup d'enfants sont nés là-bas», a-t-il ajouté.

Selon ce responsable, quelque «80» enfants seraient ceux de combattants partis de Belgique. Un chiffre «similaire» à celui des enfants nés de terroristes originaires d'autre pays européens, a-t-il estimé, citant les chiffres de «80 pour les Pays-Bas» et de «200 ou 300 pour la France».

«Même s'ils ne représentent pas une menace immédiate, ils pourraient être le danger de demain», a poursuivi le responsable belge, selon qui, outre les 80 toujours en Syrie, «18 sont déjà rentrés».

«Nous savons qu'au sein de Daech, ces enfants, une fois qu'ils ont sept, huit ou neuf ans, reçoivent un entraînement militaire, qu'ils subissent un lavage de cerveau... Donc, bien sûr, ils deviennent un risque. Ils ont vu des atrocités, des bombardements. C'est une question délicate, complexe», a-t-il encore estimé.

Si, pour les mères, le parquet fédéral belge, chargé des dossiers de terrorisme, émet systématiquement des mandats d'arrêt, afin de permettre à un juge de déterminer à l'issue d'un procès si elles ont activement soutenu une organisation terroriste, les enfants suivent quant à eux une procédure différente, qui dépend des parquets locaux, a expliqué un autre responsable.

«Pour les enfants, nous essayons bien entendu d'intégrer dès le début la dimension de protection sociale. Pour les adultes, une fois qu'ils sortent de prison, nous devons aussi engager un processus de déradicalisation», a encore expliqué cette source.

Source: agences

16-03-2017 | 13:16
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut