Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Embargo sur les armes belges vers l’Arabie: le débat relancé Moscou: De nouvelles sanctions antirusses ne nuisent qu’à la lutte mondiale contre «Daech» Nouvelle offensive des forces irakiennes sur la vieille ville de Mossoul Des milliers de manifestants à Sanaa protestent contre l’offensive dirigée par l’Arabie L’Iran sanctionne 15 sociétés américaines pour soutien à «Israël» et au terrorisme L’armée algérienne abat deux terroristes, dont «l’émir local de Daech» Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Assad: les pays occidentaux se sont isolés en soutenant les représentants du terrorisme contre Damas Quand les sionistes sont terrorisés... Nouveau massacre saoudien au Yémen: 8 femmes et un enfant tombés en martyre (photos) Viols, massacres de bébés: l’armée birmane accusée de «nettoyage ethnique» Libye: les extrémistes chassés de leur bastion à l’ouest de Benghazi L’Arabie saoudite dévoile son chasseur-bombardier dernière génération Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Moyen Orient

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les enfants nés en Syrie de combattants de «Daech», «militairement entraînés dès l'âge de sept ou huit ans», pourraient constituer un «danger pour demain», ont estimé le 15 mars de hauts responsables belges experts en terrorisme.

Les «enfants de Daech» sont un «danger pour demain», mettent en garde des responsables belges

«La Belgique compte encore quelque 160 personnes qui sont [en Syrie], des hommes et des femmes, et une vingtaine souhaitent rentrer», a expliqué à des journalistes un responsable belge spécialiste en terrorisme s'exprimant sous couvert d'anonymat, à quelques jours du premier anniversaire des attentats qui ont fait 32 morts dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016.

Il n'y a pas de signe d'un prochain retour massif des combattants de Syrie et «la plupart de ceux qui veulent rentrer sont des femmes, qui veulent revenir parce que beaucoup d'enfants sont nés là-bas», a-t-il ajouté.

Selon ce responsable, quelque «80» enfants seraient ceux de combattants partis de Belgique. Un chiffre «similaire» à celui des enfants nés de terroristes originaires d'autre pays européens, a-t-il estimé, citant les chiffres de «80 pour les Pays-Bas» et de «200 ou 300 pour la France».

«Même s'ils ne représentent pas une menace immédiate, ils pourraient être le danger de demain», a poursuivi le responsable belge, selon qui, outre les 80 toujours en Syrie, «18 sont déjà rentrés».

«Nous savons qu'au sein de Daech, ces enfants, une fois qu'ils ont sept, huit ou neuf ans, reçoivent un entraînement militaire, qu'ils subissent un lavage de cerveau... Donc, bien sûr, ils deviennent un risque. Ils ont vu des atrocités, des bombardements. C'est une question délicate, complexe», a-t-il encore estimé.

Si, pour les mères, le parquet fédéral belge, chargé des dossiers de terrorisme, émet systématiquement des mandats d'arrêt, afin de permettre à un juge de déterminer à l'issue d'un procès si elles ont activement soutenu une organisation terroriste, les enfants suivent quant à eux une procédure différente, qui dépend des parquets locaux, a expliqué un autre responsable.

«Pour les enfants, nous essayons bien entendu d'intégrer dès le début la dimension de protection sociale. Pour les adultes, une fois qu'ils sortent de prison, nous devons aussi engager un processus de déradicalisation», a encore expliqué cette source.

Source: agences

16-03-2017 | 13:16
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut