Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Éthiopie: 7,7 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire Comment l’Arabie saoudite exporte-t-elle le wahhabisme à l’étranger ? Moscou promet une réponse musclée à une éventuelle frappe US Trump estime que l’Arabie saoudite ne paie pas assez pour sa défense Une journée avec les combattants du Hezbollah à la frontière libano-palestinienne L’armée syrienne reprend le plus grand gisement de gaz du pays L’explosion du Capitole dans une vidéo diffusée par Pyongyang Assad: les USA empêchent l’OIAC d’enquêter sur l’incident à Khan Cheikhoun Afghanistan: les talibans lancent leur offensive de printemps Salman enflamme les conflits du Trône: bientôt un coup d’Etat ! L’opposant bahreïni Abdel Hadi al-Khawaja a entamé une grève de la faim en prison Arabie: appels sur Twitter pour des manifestations de chômeurs Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le gouvernement syrien et l'opposition ont annoncé relancer l'accord pour achever, avec l'aide de la Russie, l'évacuation de membres armés et de civils de la dernière poche armée de Homs, troisième ville du pays.

Homs verra le départ des derniers membres armés d'ici deux mois

L’entente conclue entre les autorités syriennes et l’«opposition» permet l'application d'un «accord de réconciliation», conclu en décembre 2015 et ayant déjà permis plusieurs vagues d'évacuation de ce secteur, mais qui était tombé dans l'impasse ces derniers mois. Selon l'agence officielle Sana, les personnes armées et leurs familles souhaitant quitter le quartier de Waer pourront commencer à être évacués le 18 mars. Le processus devrait prendre au maximum deux mois. 

Cette opération sera réalisée «en coopération avec le centre russe de réconciliation, la police et le Croissant rouge syrien», a déclaré à des journalistes le gouverneur de la province de Homs, Talal Barazi. «La police et le Croissant rouge superviseront le départ ainsi que [l'application de] l'accord et les forces russes [...] sécuriseront la route», a-t-il ajouté. 

Selon un résumé de l'accord diffusé par la Coalition nationale de l'opposition, les militants évacués de Waer se rendront dans des zones rebelles : dans le nord de la province de Homs, à Jarablos, dans la province d'Alep, plus au nord, ou encore dans celle d'Idleb, dernier grand bastion des groupes armés.

Selon l'accord, des troupes russes (entre 60 et 100 hommes) doivent se déployer dans le quartier pour veiller à l'application de l'accord et à la sécurité des habitants encore présents ou de ceux voulant y retourner. 

Autrefois surnommée la «capitale de la révolution», Homs a été le théâtre de grandes manifestations en 2011. Après deux ans de combats, l'armée avait repris cette ville en mai 2014, à l'exception du quartier de Waer.

En vertu d'un accord conclu en décembre 2015, trois vagues de départs de personnes armées accompagnés de leurs familles ont déjà eu lieu. L'accord initial prévoyait la fin de l'évacuation d'ici janvier 2016, mais sa mise en application a été entravée par la reprise des combats et des bombardements.

Outre Waer, le gouvernement a conclu plusieurs accords de «réconciliation» dans des zones tenues par les groupes armés. Il présente ces arrangements locaux, garantissant le passage des combattants assiégés, comme une clé pour mettre fin au conflit. 

Source : sites web et rédaction

14-03-2017 | 12:36
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut