Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Après s’être exprimée sur les sujets de l’économie et des relations internationales, la candidate du Front national à la présidentielle parle de citoyenneté dans les Salons Hoche, à Paris.

Le Pen: l'immigration a engendré «la perspective de la guerre civile»

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a estimé lundi 13 mars que 40 ans d'immigration et d'«absence de toute politique» en la matière ont engendré «la perspective d'une guerre civile», plaidant pour une consultation nationale sur l'accès à la citoyenneté.

Lors d'une conférence présidentielle sur la citoyenneté à Paris, Marine Le Pen a déploré «les politiques d'immigration ou plutôt l'absence de toute politique de migration».

«La situation est devenue incontrôlable quand année après année, c'est par millions que se sont établis en France des migrants», a-t-elle poursuivi.

D'après elle, «une partie ont recréé leur communauté d'origine et vivent dans une langue, selon des mœurs et des lois qui ne sont pas de France sur le sol français». Et «dans les années 2000, une partie des migrants et de leurs enfants est entrée en guerre contre la France», a-t-elle ajouté.

«Depuis 40 ans au moins», a-t-elle jugé, «tout observateur lucide et objectif voit monter les problèmes quand depuis trop d'années, d'intimidations en intimidations et d'agressions anti-françaises en actes terroristes, la perspective de la guerre civile n'est plus un fantasme».

Marine Le Pen a ensuite critiqué les «dizaines de milliards d'euros» de la politique de la ville, selon elle «gaspillés contre la France dans le lâche espoir d'acheter la paix civile».

Pour elle, par ailleurs, le coût de l'immigration est accablant, même si le premier ennemi de la France n'est pas, selon elle, «le migrant» mais «l'individualisme radical qui fait de chaque homme ou femme une marchandise comme une autre».

Face à cela, la candidate du Front National a plaidé pour la promotion de «l'amour de la France» et d'une politique de citoyenneté, qui passerait, si elle est élue présidente, par «une consultation nationale sur un sujet précis: les conditions d'entrée, de séjour et d'acquisition de la nationalité».

Ce ne sera pas un référendum mais un débat national, a précisé le numéro 2 du FN Florian Philippot à l'AFP, qui portera, selon Marine Le Pen, aussi «sur la nature, le périmètre et l'accès à notre système de protection sociale et à nos régimes de solidarité».

«Nous négocierons avec chacun des Etats concernés la couverture des étudiants et des travailleurs migrants temporairement résidant en France», a-t-elle aussi précisé.

Source : sites web

14-03-2017 | 11:02
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut