Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le président Bachar al-Assad a affirmé que tant qu’il y a des terroristes dans n’importe quel lieu en Syrie, chaque citoyen syrien est en danger.

Assad veut «en finir avec les extrémistes»

Dans des déclarations données à des médias européens, le président Assad s’en est pris aux responsables européens qui sont allés dans la direction fausse depuis le début de la crise en Syrie. «Cette crise qui a détruit le pays et propagé le terrorisme dans la région», a indiqué M. Assad.

«Jusqu’à présent le seul rôle qu’avaient joué les Européens est celui de soutien aux terroristes, et non pas au processus politique dont ils parlent seulement», a-t-il estimé, évoquant à cet effet le rôle iranien qui est tout à fait différent et qui repose sur le soutien à la Syrie pour la lutte contre les terroristes, et dans les instances internationales.

Interrogé sur la nature de la relation entre la Russie et la Syrie, le président syrien a indiqué que la Russie avait réussi, avec l’armée arabe syrienne, à lutter contre les terroristes, évoquant à cet effet la récupération d’Alep, de Palmyre et d’autres zones.

Et d’ajouter : «La relation de la Russie avec la Syrie repose sur deux choses: la 1ère est la souveraineté de la Syrie, ce qui fait partie de la charte de l’ONU, et la 2ème est la moralité. Donc, il n’y a pas de colonialisme, mais une relations qui remonte à plus de 6 décennies entre les deux pays».

Répondant à une question sur sa riposte à ceux qui appellent au départ du président, M. Assad a assuré que c’est le peuple syrien seul, et non pas l’ONU, qui doit choisir son président et demander compte dans tout conflit ou problème.

«J’écoute seulement le peuple syrien. Je n’accorde aucun intérêt à ce que dit l’ONU ou n’importe quel autre responsable en dehors de la Syrie à ce sujet», a-t-il affirmé.

En ce qui concerne les réfugiés, notamment en Europe, le président Assad a souligné que les gens n’avaient pas quitté la Syrie à cause des attaques terroristes ou bien de la destruction, mais à cause de l’embargo occidental qui est complémentaire à la destruction et au meurtre que commettent les terroristes.

A la question de savoir s’il regrette la façon par laquelle il a traité avec la crise depuis le début, le chef syrien a dit: «Premièrement on doit faire la distinction entre l’opinion du président et son devoir”, faisant savoir que le devoir est tiré de la constitution et que pour le gouvernement et n’importe quel responsable en Syrie, le devoir est de défendre la Patrie.

«Deuxièmement, nous avions l’idée de nouer le dialogue avec chaque syrien, dont les hommes armés. Nous avons dit que nous tiendrons un dialogue même avec les terroristes pour arrêter l’effusion de sang des Syriens», a fait savoir le président Assad.

Et le président Assad de poursuivre : «Dans la politique, nous commettons des erreurs quant à l’exécution. On ne les regrette pas mais on les corrige».

Quant à son agenda de réforme après la crise, le président Assad a indiqué que chaque pays doit devenir mieux après la guerre qui donne une leçon très sévère à chaque société.

«La priorité pour moi est de faciliter le dialogue entre les Syriens via un débat national sur le régime politique escompté et d’organiser un référendum sur cette question, et la priorité pour le peuple syrien est de lutter contre le terrorisme, de se débarrasser des extrémistes et de réaliser la réconciliation politique dans les différentes zones», a dit le président Assad.

A la question de savoir s’il voit que la politique au Moyen-Orient est celle de tuer ou d’être tué, le président al-Assad a dit : «C’est une culture mais non pas une politique. La chose dépend de l’idéologie des personnes. Ce qu’on mène aujourd’hui est une bataille contre la mentalité et non pas une guerre civile. Une bataille contre des groupes islamistes wahhabites extrémistes qui combattent les autres catégories de la société. Mais à la fin de la guerre, une carte politique différente verra le jour».

Source : agences et rédaction

14-03-2017 | 09:01

Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut