Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Syrie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les meurtres, mutilations et recrutements d’enfants ont augmenté significativement l’année dernière en Syrie dans un contexte d’escalade drastique de la violence, selon un bilan dressé par l’Unicef.

En Syrie, les enfants paient le prix fort à la guerre

Touchés au cœur de leur quotidien,  la vie de millions d'enfants en Syrie est complètement bouleversée, dit Geert Cappelaere, le directeur de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. «Chaque enfant est marqué à vie, avec des conséquences terribles sur sa santé, son bien-être et son avenir», dit-il.

Selon l'Unicef, au moins 652 enfants ont été tués (+20% par rapport à 2015) et plus du tiers l'ont été «dans ou à proximité d'une école».

En outre, plus de 850 enfants ont été recrutés pour combattre dans le conflit, soit plus du double du nombre enregistré en 2015. Certains d'entre eux tiennent des rôles «extrêmes» de «bourreaux, kamikazes ou gardiens de prisons».

La situation quotidienne de tous les enfants syriens est en outre complexe à évaluer en raison des difficultés d’accès à plusieurs zones du pays. 2,8 millions d’enfants vivent dans ces zones peu accessibles, dont 280.000 en zone assiégée, pratiquement coupés de l’aide humanitaire.

Une situation catastrophique

En février 2017, l’ONU dénonçait déjà la situation humanitaire générale en Syrie expliquant qu’un seul convoi humanitaire avait pu acheminer de l’aide pour seulement 40 000 personnes en janvier en Syrie, alors que plus de 900 000 attendent d’être secourues.

Un tel contexte empêche «de fournir rapidement une assistance humanitaire aux filles et aux garçons les plus vulnérables» .Au-delà des bombes, des balles et des explosions, des enfants meurent en silence de maladies qui pourraient être facilement évitées.

Après six ans de conflit, «près de 6 millions d'enfants dépendent maintenant de l'assistance humanitaire» et «plus de 2,3 millions sont actuellement réfugiés en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Egypte et en Irak», écrit l'Unicef. Selon l'instance onusienne, 280.000 enfants vivent dans les secteurs assiégés, sans accès à de la nourriture ou des médicaments.

Source : agences et rédaction

13-03-2017 | 13:36
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut