Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Moyen Orient

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les travailleurs immigrés sont désormais persona non grata en Arabie Saoudite. Les autorités multiplient les expulsions tandis que les médias reflètent un climat de racisme.

Arabie Saoudite: expulsion d’étrangers et racisme grandissant dans les médias

«Tous les citoyens qui aiment leur pays en seront ravis : on va discuter d’un projet d’expulsion de 5 millions d’étrangers», se félicite le quotidien saoudien Okaz.

«Occupation sournoise»

Le sujet a été proposé à la discussion au Majlis Al-Choura, un conseil consultatif nommé par le roi. C’est Sadaqa Al-Fadhel qui en est l’initiateur et qui explique ses motivations en ces termes : «Ces étrangers ne sont pas là pour travailler de manière régulière, ni pour des raisons religieuses [de pèlerinage à La Mecque], mais pour coloniser notre pays. […] Ils forment comme un peuple intrus qui cherche à s’imposer dans notre pays à travers une occupation sournoise. À long terme, notre pays risque de se retrouver contraint d’accepter leur présence, à cause de pressions internationales».

Loin de condamner le racisme de ce discours, le journal s’en félicite :

Aucun peuple n’accepterait qu’il y ait des générations de personnes insaisissables qui changent la démographie, qui constituent de graves dangers et qui nous embêtent sur le plan sécuritaire et sur le plan de notre vie sociale.

Une mesure populaire

Cette idée d’expulsion massive a globalement rencontré un écho positif dans la presse saoudienne. L’Arabie Saoudite compte environ un tiers d’étrangers parmi sa population, pour beaucoup des travailleurs peu qualifiés, dont de nombreux chauffeurs privés et bonnes originaires notamment du sous-continent indien et d’autres pays d’Asie.

Beaucoup travaillent également sur les chantiers. Or le secteur du BTP subit de plein fouet la baisse des prix du pétrole. Des milliers de travailleurs du secteur avaient cessé de percevoir leur salaire en 2016. Cela avait donné lieu à des scènes d’émeutes, notamment en ce qui concerne le fameux Bin Laden Group, la plus grosse entreprise du secteur dans le pays et une des plus grandes du Moyen-Orient. Quarante-neuf grévistes, qualifiés de «meneurs», ont été condamnés à plusieurs mois de prison et à trois cents coups de fouet pour sédition en début d’année, selon le site saoudien Weam.

«L’Arabie Saoudite aux Saoudiens»

Il s’agit également pour les autorités saoudiennes de concrétiser la «saoudisation de l’emploi». Ainsi, dans le cadre des réformes économiques projetées par le jeune vice-prince héritier Mohamed ben Salmane, une surtaxe sera graduellement instaurée pour les travailleurs étrangers, et ce à partir du second semestre 2017. Elle devrait atteindre 400 riyals (100 euros) mensuels d’ici à 2020.

Cette mesure peut être «populaire dans le pays, où des slogans tels que ‘l’Arabie Saoudite aux Saoudiens’ se répandent sur les réseaux sociaux dans le contexte d’un ralentissement économique», note le quotidien émirati The National.

Quelque 2 millions d’Égyptiens travaillant en Arabie Saoudite vivent également dans la hantise d’être renvoyés dans leur pays, en représailles de la politique du Caire, jugée hostile à l’égard de Riyad, rapporte le site d’information Al-Monitor.

Dans ce contexte, les expulsions se multiplient déjà depuis plusieurs mois. En novembre dernier par exemple, «55 000 sans-papiers ont été expulsés en quarante-cinq jours», se félicite le journal économique saoudien Al-Eqtisadiah. Ou encore «22 000 en vingt jours» en ce mois de février, toujours selon Al-Eqtisadiah.

Source: sites web

10-03-2017 | 13:24
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut