Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Asie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Après des mois de turbulences politiques, la plus haute instance judiciaire de Corée du Sud a entériné la destitution de la présidente Park Geun-Hye, poussée vers la sortie par un gigantesque scandale de corruption.

La destitution de la présidente sud-coréenne validée par la Justice

Le 10 mars, les juges de la Cour constitutionnelle de la Corée du Sud ont décidé à l'unanimité de destituer la présidente Park Geun-Hye suite à un vaste scandale de corruption. Une présidentielle anticipée doit donc être organisée sous 60 jours.

Cela donnera l'occasion à Séoul de tirer un trait sur un scandale qui l'occupe depuis des mois alors même que la Corée du Nord multiplie tirs de missiles et menaces, suscitant l'inquiétude de la communauté internationale.

Park Geun-Hye, 65 ans, fille du dictateur militaire Park Chung-Hee, était devenue en 2012 la première femme à présider le pays. Elle est désormais le premier chef d'Etat du pays à être limogé de la sorte. En quittant la Maison Bleue, elle perd son immunité, ce qui l'expose à d'éventuelles poursuites judiciaires.

«Les agissements de Park Geun-Hye ont porté gravement atteinte à l'esprit [...] de la démocratie et de l'Etat de droit», a déclaré le président de la Cour, Lee Jung-Mi.

Ce scandale à tiroirs est centré sur la confidente de l'ombre de Park Geun-Hye, Choi Soon-Sil, elle-même jugée pour avoir soutiré des millions de dollars à de grands groupes industriels.

Opposants comme partisans de Park Geun-Hye s'étaient rassemblés pour entendre le jugement de la Cour constitutionnelle.

La Cour a estimé que Park Geun-Hye avait enfreint la loi en permettant à son amie de se mêler des affaires de l'Etat, et qu'elle avait contrevenu aux règles sur le travail des fonctionnaires.

«Les violations par Park Geun-Hye de la Constitution et des lois ont trahi la confiance du peuple. Le président doit user de son pouvoir conformément à la Constitution et aux lois, et les détails de son travail doivent être transparents, afin que le peuple puisse évaluer son travail», a déclaré Lee Jung-Mi.

«Mais Park Geun-Hye a complètement dissimulé les ingérences de Choi Soon-Sil dans les affaires de l'Etat, les a démenties quand des soupçons ont émergé, et a même critiqué ceux qui avaient émis ces soupçons», a-t-elle poursuivi.

La défense de Park Geun-Hye a exprimé ses «profonds regrets».

Mais pour Kwon Seong-Dong, député au premier rang de la fronde anti-Park, ce jugement confirme «la règle de droit qui veut que tous, y compris le président, soient égaux devant la justice».

Le propre parti de Park Geun-Hye, Liberté Corée, a présenté ses excuses, son président par intérim estimant qu'il avait «échoué à protéger la dignité et la fierté de la Corée du Sud».

Source: sites web

10-03-2017 | 10:06
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut