Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Donald Trump a laissé perplexe le FBI en déclarant que Barack Obama l'avait espionné avant sa victoire aux présidentielles. Dans ce contexte, le site de Julian Assange a tenu à rappeler le lourd passif de surveillance de l'ex-président américain.

Espionnage: pour WikiLeaks, les accusations de Trump contre Obama ne sont pas absurdes

Si le FBI estime sans fondement les accusations d'espionnage formulées par Donald Trump à l'encontre de son prédécesseur, WikiLeaks ne semble pas tout à fait du même avis. Dans un tweet du 6 mars, accompagné d'une photocopie d'un mandat de recherche et de saisie envoyé à l'un des journalistes du site fondé par Julian Assange, celui-ci a ainsi lancé : «Est-ce qu'Obama a espionné la campagne de Donald Trump ? Voici la preuve que l'administration Obama a espionné nos journalistes».

Le message renvoie vers un article de WikiLeaks de janvier 2015, dans lequel des journalistes du site affirment avoir été informés par les autorités américaines que Google avait remis à ces dernières tous leurs mails et métadonnées, sur la base d’accusations d’espionnage et de conspiration.

Dans la journée du 6 mars toujours, le compte Twitter du site pro-transparence s’est interrogé : «Est-ce que les médias et le renseignement ont induit Trump en erreur avec de fausses histoires d’espionnage ? Ou est-ce que les accusations en question sont exactes, et sa campagne a bien été espionnée ?». Le tweet est accompagné d'une interview vidéo sur Fox News du polémiste Mark Levin, dans laquelle celui-ci affirme que les preuves de l'espionnage de Donald Trump par Barack Obama, au cours de la campagne présidentielle, sont «écrasantes».

Enfin, WikiLeaks avait rappelé, le 5 mars, qu’Obama avait déjà par le passé espionné ses amis comme ses rivaux. En effet, le site de Julian Assange a exhumé des fuites de février 2016, attestant de la pose de micros d’enregistrement par la NSA (l’agence de renseignement américaine), lors de rencontres impliquant des dirigeants ou ex-dirigeants étrangers tels qu’Angela Merkel, Benyamin Netanyahou ou Silvio Berlusconi.

Des allégations réfutées par le FBI et le porte-parole d'Obama

Ce 4 mars, le président américain avait accusé sur Twitter le précédent locataire de la Maison Blanche de l'avoir espionné durant les derniers jours de la campagne présidentielle. «Dégueulasse ! Viens de découvrir qu'Obama m'a "mis sur écoute" dans la Trump Tower juste avant la victoire», avait-il notamment tweeté. Des allégations réfutées par le porte-parole de Barack Obama, Kevin Lewis, ainsi que par le directeur du FBI, James Comey.

Néanmoins, en janvier de cette année, le journal britannique The Guardian a diffusé une information non-confirmée selon laquelle le FBI, durant le mandat de Barack Obama, aurait obtenu un mandat pour placer sous surveillance quatre membres de l’équipe de Donald Trump, soupçonnés d’entretenir des liens avec des responsables russes.

Source: agences

08-03-2017 | 09:06
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut