Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le candidat de la droite et du centre, dont la campagne se trouve soumise à de vifs remous, a de nouveau obtenu le soutien des ténors de son parti. Certains d'entre eux, néanmoins, le mettent en garde contre la défection des centristes.

Le comité politique de LR renouvelle à l'unanimité son soutien à Fillon

La campagne repart : le comité politique du parti Les Républicains (LR) a apporté à l'unanimité son soutien à François Fillon, a déclaré à l'issue de la réunion du 6 mars le président du Sénat Gérard Larcher. Une vingtaine de ténors du parti s’étaient rassemblés en présence du champion de la droite, au siège parisien de LR, afin d’évaluer la situation après la crise provoquée par l'affaire des emplois présumés fictifs des proches de François Fillon.

Ce dernier a «mis fin aux hésitations, le débat est clos», a indiqué Gérard Larcher, avant d’ajouter : «Il faut maintenant rassembler. Les sondages sont mauvais. Il y a à faire».

L’intéressé, de son côté, a estimé que l’énième déclaration de non-candidature d’Alain Juppé, dans la matinée du 6 mars, confirmait son statut d’unique présidentiable à droite. «Le retrait d'Alain Juppé a confirmé qu'il n'y avait pas de plan B, il est temps maintenant que chacun se reprenne ! [...] Nos électeurs ne pardonneraient pas à ceux qui entretiennent le poison de la division», a lancé François Fillon, lors de la réunion politique.

Au lendemain du rassemblement de soutien à sa candidature au Trocadéro de Paris, l’ex-Premier ministre a estimé que celui-ci confirmait la légitimité qu’il tirait de la primaire de la droite et du centre. «J’appelle toutes les femmes et les hommes de bonne volonté à se rassembler, à respecter le message que nos électeurs ont exprimé lors de la primaire et à s’unir autour de ma candidature qui est la seule légitime», a-t-il martelé.

Le candidat à l’investiture suprême a en outre admis avoir «peut-être trop dramatisé» à l'occasion de sa convocation chez les juges», et a accepté de rencontrer Nicolas Sarkozy et Alain Juppé le lendemain, le 7 mars, à la proposition de l'ex-chef de l'Etat. «Mais il faut que ce soit vite. On ne va pas laisser les feuilleton durer éternellement», a néanmoins ajouté l’ancien chef du gouvernement.

L’opiniâtreté de François Fillon a convaincu les barons de la droite, tels que Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez, à tourner la page des interrogations sur un éventuel plan B. Toutefois, l’une comme l’autre ont estimé que leur champion devait faire plus d’efforts pour ménager les centristes, alors que l’UDI a annoncé la semaine dernière rompre avec la campagne Fillon.

«Il faut que tout le monde puisse se retrouver à l'aise dans la campagne. Que le meeting du Trocadéro soit organisé pour partie par Sens commun n’est pas acceptable. Et il faut mettre fin aux prises de paroles agressives et excluantes de certains, notamment à l'égard des centristes», a ainsi déclaré lors de la réunion «NKM», tandis que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes – pourtant généralement associé à l’aile droite du parti – a appelé à «éviter d’exclure le centre par des propos agressifs».

Déjà fragilisé par les révélations du Canard enchaîné, François Fillon a perdu de nombreux soutiens la semaine dernière, après avoir annoncé qu'il refusait de se retirer de la course à la présidentielle, alors même que les juges d'instruction l'ont convoqué le 15 mars.

Source : agences

08-03-2017 | 09:03
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut