Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Bahreïn

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le Bahreïn a franchi dimanche un pas décisif vers le recours à des tribunaux militaires pour juger des civils accusés de «terrorisme» dans ce petit royaume du Golfe secoué par des troubles sporadiques depuis la répression en 2011 d'un mouvement de contestation.

A Bahreïn, les civils pourront être jugés par des tribunaux militaires !!

Un amendement constitutionnel élargissant les compétences de la justice militaire, déjà approuvé le 21 février par la Chambre des députés, a reçu le feu vert du Majlis al-Choura réuni dimanche dans la capitale Manama, selon des membres de ce conseil consultatif.

Le Majlis, formé de 40 membres tous désignés par le roi, a indiqué sur son compte Twitter avoir voté à l'unanimité le texte, aussitôt qualifié de «nouvelle loi martiale» par des groupes d'opposition à l'étranger.

Après son adoption par les deux chambres du Parlement, l'amendement aura force de loi dès qu'il sera signé par le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa.

Jusqu'ici, les tribunaux militaires ne pouvaient juger que des membres de l'armée, de la police et d'autres unités des services de sécurité. Ils pourront désormais statuer dans des affaires impliquant des civils inculpés de «terrorisme» ou «ayant porté atteinte à l'intérêt public».

Le petit royaume de Bahreïn, relié par un pont à son puissant voisin l'Arabie saoudite, est un allié stratégique des Etats-Unis. Il est le siège de la Ve Flotte américaine et les Britanniques sont en train d'y agrandir une base navale.

Un mouvement de contestation animé par la majorité a été violemment réprimé en 2011 par les autorités qui avaient reçu l'aide notamment des Saoudiens.

De nombreux opposants sont emprisonnés à Bahreïn, pays dirigé par une dynastie des Al-khalifa.

Réagissant à la décision du Majlis al-Choura, l'ONG Bahrain Centre for Human Rights, qui a des bureaux au Danemark, a estimé que c'était «un grand pas en arrière» après une série de réformes adoptées suite aux évènements de 2011.

«Nous sommes très inquiets devant la possibilité pour ces tribunaux (militaires) de prononcer des jugements plus rapides et plus sévères», a dit à l'AFP Youssef Al-Muhafdha, vice-président de cette ONG.

Un expert juridique cité par le Bahrain Institute for Rights and Democracy (BIRD) basé en Grande-Bretagne a qualifié la mesure de «nouvelle loi martiale». Sayed Ahmed Alwadaei, directeur de cette ONG, a estimé qu'une approbation par le roi signifierait qu'il «approuve personnellement cette nouvelle mesure répressive avec toutes ses conséquences».

Source : agences et rédaction

06-03-2017 | 12:11
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut