Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Asie >> Russie

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, se rendra en Russie «dans les semaines à venir» afin d'y rencontrer son homologue Sergueï Lavrov, a annoncé le ministère des Affaires étrangères britannique samedi.

Boris Johnson en visite en Russie.

Il s'agit de la première visite d'un ministre britannique à Moscou depuis plus de cinq ans, Londres étant l'un des plus ardents défenseurs des sanctions occidentales contre Moscou pour son rôle dans la crise en Ukraine.

«Le ministre (...) a accepté une invitation du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov de se rendre en visite à Moscou dans les semaines à venir», indique le communiqué du Foreign Office.

«Cela n'est pas un retour à la normal, et le ministre continuera de se montrer ferme sur les sujets sur lesquels nous avons des divergences» avec la Russie, souligne le communiqué, précisant que la Syrie et l'Ukraine figureront au menu des discussions.

Les relations entre la Grande-Bretagne et la Russie ont été assombries ces dernières années par l'enquête britannique sur la mort à Londres en 2006 de l'ex-agent du FSB (services secrets russes) Alexandre Litvinenko, ainsi que par la guerre en Syrie.

Fin janvier, Boris Johnson avait cependant déclaré que le Royaume-Uni pourrait «reconsidérer» sa politique sur la Syrie en s'alliant avec la Russie et en acceptant le maintien du président syrien Bachar el-Assad au pouvoir.

«Je reconnais les inconvénients et les risques d'une volte-face complète, consistant à soutenir les Russes, Assad. Mais je dois aussi être réaliste sur le fait que la situation a changé et il se pourrait que nous devions reconsidérer notre façon d'aborder» le conflit syrien, a dit M. Johnson devant la chambre des Lords.

Mardi, Boris Johnson s'en est toutefois pris nommément à la Russie et à la Chine, coupables selon lui d'«empêcher toute action contre les auteurs d'attaques chimiques en Syrie», après le rejet d'une résolution de l'Onu réclamant des sanctions.

Source: agences et rédaction

04-03-2017 | 14:32
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut