Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 

Le projet d’une «Otan arabe» n’est pas viable Sayed Nasrallah: L’Arabie Saoudite cherche la protection des USA, l’axe de la résistance est devenu plus fort Sur le chemin de la Libération… Pékin voit rouge après l’apparition d’un navire US près d’un archipel disputé Macron réitère à Bruxelles son ambition de «refonder» l’Europe Quatre membres de «Daech» projetant des attaques dans les transports arrêtés à Moscou Les Etats-Unis ont égaré l’équivalent d’un milliard de dollars d’armes en Irak et au Koweït Tunisie: la vie reprend à Tataouine, report d’une manifestation 535 millions d’enfants touchés par la violence et les catastrophes naturelles (Unicef) Attentat Manchester: Londres «furieux» des fuites, suspend sa coopération avec les USA Trump au président al-Sissi : «Mec, j’adore tes chaussures» Après la vente massive d’armes à Riyad, «Israël» annonce une aide militaire US supplémentaire Le président turc lance un ultimatum à Bruxelles au sujet de l’adhésion de son pays à l’UE Macron aurait sa majorité à l’Assemblée nationale Malgré ses frappes au Yémen, Washington vendra d’armes pour $100 mds à Riyad Cyberattaque au Royaume-Uni: Theresa May évoque une «attaque internationale» Présidentielles françaises : recul des Socialistes et autres partis traditionnels Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Europe >> France

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La cimenterie franco-suisse de matériaux de construction LafargeHolcim a reconnu que les dirigeants d’une de ses usines se trouvant au nord-est de la Syrie avaient financé les membres de groupes armés entre 2012 et 2014 afin d’assurer la sécurité des collaborateurs de l'entreprise.

LafargeHolcim reconnaît des arrangements financiers avec les terroristes en Syrie

LafargeHolcim, un géant cimentier franco-suisse, a reconnu que sa filiale se trouvant en Syrie avait financé les membres de groupes armés sur le territoire du pays. Une déclaration allant dans ce sens faite par les représentants de la compagnie a été publiée par le quotidien Le Monde.

Selon les informations du quotidien français, le géant cimentier a reconnu que sa filiale avait «remis des fonds à des tierces parties afin de trouver les arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des tiers visés par des sanctions». Selon le journal, les destinataires finaux ne sont pas établis. D'après une enquête intérieure, «les conditions exigées pour assurer la continuation du fonctionnement de l'usine étaient inacceptables».

Cependant, au sein de LafargeHolcim, on a essayé de justifier les dirigeants de la filiale syrienne qui ont pris la décision de financer les terroristes en déclarant qu'ils avaient agi «dans le meilleur intérêt de l'entreprise et de ses employés». Pourtant, selon la déclaration citée par le quotidien français, «l'enquête révèle des erreurs de jugement significatives en contradiction avec le code de conduite alors en vigueur».

Auparavant, en juin dernier, Le Monde avait révélé que l'entreprise avait passé des «arrangements troubles et inavouables avec les groupes armés environnants, dont l'organisation État islamique (EI)», afin de permettre à son site de Jalabiya, en Syrie, de continuer son fonctionnement. L'usine avait été inaugurée en 2010, un an avant le début de la guerre civile. Entre 2013 et 2014, le site du cimentier français aurait, entre autres, payé des taxes à «Daech» et bénéficié en échange d'un «laissez-passer». L'usine aurait également acheté du pétrole provenant de gisements contrôlés par «Daech».

Suite à ses révélations sur de possibles arrangements avec «Daech», plusieurs ONG, dont par exemple Sherpa, ont déposé plainte à Paris contre le cimentier français Lafarge pour financement du terrorisme.

Il est à noter que l'usine a mis fin à ses activités sur le territoire syrien le 19 septembre 2014.

Source: agences

02-03-2017 | 15:27
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut