Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
L’Allemagne formera des militaires saoudiens sur son sol Algérie: 4 terroristes abattus dans une opération militaire France : la sortie de l’euro pourrait prendre un an et demi, dit Le Pen Le règlement du règne saoudien attend le signal américain Le Mistral au Japon avant des manœuvres dans le Pacifique Officier sioniste: le Hezbollah est la plus grande menace Le premier train direct de Londres est arrivé en Chine Le Venezuela a lancé sa procédure de retrait de l’OEA Le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe censuré après un voyage en Syrie Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand Un soldat allemand qui prétendait être un réfugié syrien, suspecté d’un projet d’attentat La Corée du Nord procède à un nouveau tir de missile balistique Le Venezuela décidé à se retirer de l’Organisation des États américains La Réunion: deux policiers blessés par un terroriste présumé Le premier match de football à Alep après la libération de la ville Grève de la faim de prisonniers palestiniens: la Ligue arabe en appelle à la Croix-Rouge Syrie: funérailles massives des martyrs du massacre de Rachidine Maroc: vote de confiance des députés au nouveau gouvernement UE: protection accordée à plus de 700.000 demandeurs d’asile en 2016 Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Un nouveau membre de l'équipe du président américain Donald Trump, le ministre de la Justice Jeff Sessions, est sous le feu de critiques démocrates après des révélations du quotidien Washington Post sur ses contacts avec la Russie.

Un ministre américain accusé d'avoir caché des contacts avec Moscou

Ces révélations jettent une nouvelle ombre sur l'administration républicaine du président Donald Trump, qui a démenti à plusieurs reprises des liens particuliers avec la Russie pendant la campagne électorale 2016. Moscou est accusé d'ingérence dans le processus de désignation du président américain.

Le Washington Post a rapporté mercredi soir que Jeff Sessions - ancien sénateur qui avait conseillé pendant la campagne M. Trump sur la politique étrangère et d'autres questions - avait rencontré en juillet et septembre l'ambassadeur russe à Washington, Sergey Kislyak. Or M. Sessions avait déclaré sous serment devant le Sénat, lors de son audition en janvier pour être confirmé dans ses fonctions, qu'il n'avait «pas de contacts avec les Russes».

En février, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn, avait dû démissionner après des révélations sur des discussions qu'il a eues avec l'ambassadeur russe à Washington alors que Barack Obama était encore président. Il en avait caché la teneur exacte, y compris dans ses compte-rendus au vice-président Mike Pence.

Réagissant aux informations du Post, Sessions a affirmé qu'il n'avait «jamais rencontré un responsable russe pour discuter de la campagne» présidentielle. «Je ne sais pas à quoi se réfèrent ces allégations. Elles sont fausses», a-t-il ajouté.

La Maison Blanche a confirmé les rencontres de Sessions mais affirmé qu'il n'avait rien fait de répréhensible. «M. Sessions a rencontré l'ambassadeur en sa qualité officielle de membre de la commission des Forces armées au Sénat, ce qui est entièrement cohérent avec son témoignage», a affirmé un responsable de la Maison Blanche ayant requis l'anonymat.

Ce n'est qu'une nouvelle «attaque des démocrates contre l'administration Trump», a-t-il souligné. 

Appel à la démission

Des élus démocrates ont réclamé mercredi que le Congrès nomme un enquêteur spécial indépendant pour faire la lumière sur une éventuelle ingérence de la Russie dans la campagne électorale de 2016.

«Étant donné les déclarations fausses de Sessions sur les contacts avec les responsables russes, nous avons besoin d'un comité spécial pour enquêter sur les liens entre la Russie» et les membres de l'équipe Trump, a déclaré le sénateur démocrate Ron Wyden, membre de la commission du Renseignement à la Chambre des représentants.

Nancy Pelosi, chef de file des Démocrates au Congrès, est allée plus loin, réclamant la démission de Jeff Sessions. «Après avoir menti sous serment au Congrès au sujet de ses contacts avec les Russes, le ministre de la Justice doit démissionner», a-t-elle déclaré.

Jeff Sessions, un ultra-conservateur de 70 ans, fut le premier sénateur à se rallier au candidat Donald Trump pendant les primaires.

L'«Attorney General» supervise le FBI (police fédérale), les 93 procureurs fédéraux, ainsi que le Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs, l'administration pénitentiaire, le Marshals Service, spécialisé dans la recherche des fugitifs, et l'agence de lutte antidrogue (DEA).

Des médias américains dont le quotidien New York Times ont affirmé, sans en apporter de preuves, que des responsables de la campagne Trump avaient eu des contacts avec des responsables du renseignement russe avant l'élection du 8 novembre. Ces contacts auraient eu lieu au moment où la Russie interférait, selon le renseignement américain, dans la campagne présidentielle, dans le but de discréditer la démocrate Hillary Clinton.

L'administration Trump rejette les allégations d'ingérence de la Russie, également démenties par Moscou.

Source : agences

02-03-2017 | 12:59
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Recherche
Vers le haut