Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Un nouveau membre de l'équipe du président américain Donald Trump, le ministre de la Justice Jeff Sessions, est sous le feu de critiques démocrates après des révélations du quotidien Washington Post sur ses contacts avec la Russie.

Un ministre américain accusé d'avoir caché des contacts avec Moscou

Ces révélations jettent une nouvelle ombre sur l'administration républicaine du président Donald Trump, qui a démenti à plusieurs reprises des liens particuliers avec la Russie pendant la campagne électorale 2016. Moscou est accusé d'ingérence dans le processus de désignation du président américain.

Le Washington Post a rapporté mercredi soir que Jeff Sessions - ancien sénateur qui avait conseillé pendant la campagne M. Trump sur la politique étrangère et d'autres questions - avait rencontré en juillet et septembre l'ambassadeur russe à Washington, Sergey Kislyak. Or M. Sessions avait déclaré sous serment devant le Sénat, lors de son audition en janvier pour être confirmé dans ses fonctions, qu'il n'avait «pas de contacts avec les Russes».

En février, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn, avait dû démissionner après des révélations sur des discussions qu'il a eues avec l'ambassadeur russe à Washington alors que Barack Obama était encore président. Il en avait caché la teneur exacte, y compris dans ses compte-rendus au vice-président Mike Pence.

Réagissant aux informations du Post, Sessions a affirmé qu'il n'avait «jamais rencontré un responsable russe pour discuter de la campagne» présidentielle. «Je ne sais pas à quoi se réfèrent ces allégations. Elles sont fausses», a-t-il ajouté.

La Maison Blanche a confirmé les rencontres de Sessions mais affirmé qu'il n'avait rien fait de répréhensible. «M. Sessions a rencontré l'ambassadeur en sa qualité officielle de membre de la commission des Forces armées au Sénat, ce qui est entièrement cohérent avec son témoignage», a affirmé un responsable de la Maison Blanche ayant requis l'anonymat.

Ce n'est qu'une nouvelle «attaque des démocrates contre l'administration Trump», a-t-il souligné. 

Appel à la démission

Des élus démocrates ont réclamé mercredi que le Congrès nomme un enquêteur spécial indépendant pour faire la lumière sur une éventuelle ingérence de la Russie dans la campagne électorale de 2016.

«Étant donné les déclarations fausses de Sessions sur les contacts avec les responsables russes, nous avons besoin d'un comité spécial pour enquêter sur les liens entre la Russie» et les membres de l'équipe Trump, a déclaré le sénateur démocrate Ron Wyden, membre de la commission du Renseignement à la Chambre des représentants.

Nancy Pelosi, chef de file des Démocrates au Congrès, est allée plus loin, réclamant la démission de Jeff Sessions. «Après avoir menti sous serment au Congrès au sujet de ses contacts avec les Russes, le ministre de la Justice doit démissionner», a-t-elle déclaré.

Jeff Sessions, un ultra-conservateur de 70 ans, fut le premier sénateur à se rallier au candidat Donald Trump pendant les primaires.

L'«Attorney General» supervise le FBI (police fédérale), les 93 procureurs fédéraux, ainsi que le Bureau de l'alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs, l'administration pénitentiaire, le Marshals Service, spécialisé dans la recherche des fugitifs, et l'agence de lutte antidrogue (DEA).

Des médias américains dont le quotidien New York Times ont affirmé, sans en apporter de preuves, que des responsables de la campagne Trump avaient eu des contacts avec des responsables du renseignement russe avant l'élection du 8 novembre. Ces contacts auraient eu lieu au moment où la Russie interférait, selon le renseignement américain, dans la campagne présidentielle, dans le but de discréditer la démocrate Hillary Clinton.

L'administration Trump rejette les allégations d'ingérence de la Russie, également démenties par Moscou.

Source : agences

02-03-2017 | 12:59
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Recherche
Vers le haut