Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Bahreïn

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

La Cour bahreïnie a décidé de reporter le procès de cheikh Issa Qassem, qui était prévu aujourd’hui, jusqu’au 14 mars.

Bahreïn: le procès de cheikh Kassem reporté au 14 mars

Cette décision intervient alors que de nombreux manifestants défilaient hier soir et lundi dès l’aube à Manama et dans plusieurs régions pour dénoncer le procès de cheikh Qassem.

Le ministère de l’Intérieur bahreïni a décidé le 20 juin 2016 de déchoir de sa nationalité l’ayatollah cheikh Issa Qassem, ce qui a provoqué une vague de ripostes énervées de la part de personnalités religieuses et politiques, arabes et étrangères.

Le cheikh Qassem soutenu par les oulémas

Les oulémas bahreïnis ont publié, samedi 25 février, un communiqué dans lequel ils ont insisté sur la nécessité de «défendre jusqu'à la mort» cheikh Issa Qassem, comme étant une réponse justifiée par la religion.

Ils ont mis en garde le régime des Khalifa contre «tout acte de folie» dans le procès du cheikh Qassem.

Ce communiqué a été publié alors que le procureur général de Bahreïn a annoncé que le procès de cet éminent dignitaire religieux bahreïni, ajourné à plusieurs reprises, se tiendrait lundi 27 février.

Les oulémas bahreïnis ont demandé au régime de Manama de mettre fin à «l’agression contre la religion», d’aller vers un retour à la logique et à la raison et de prendre en considération les réclamations du peuple.

Notre nation résolue et déterminée a prouvé qu’elle est prête à se sacrifier pour défendre son leader qui est un symbole national et religieux», peut-on lire dans ce communiqué.

Le régime des Khalifa a accusé cheikh Issa Qassem de blanchiment d’argent et de participation aux actes terroristes, et lui a retiré sa nationalité le 20 juin 2016.

Le ministère bahreïni de l’Intérieur prétend que cheikh Issa Qassem a profité de son statut d’éminent religieux pour «rendre service aux intérêts étrangers et intensifier la violence et les divergences sectaires»; cheikh Qassem a indiqué que les accusations du régime à son encontre sont sans fondement.

Les groupes de défense des droits de l’homme ont, à maintes reprises, condamné le régime de Manama pour la répression des opposants, l’appelant à mener des réformes au sein du système politique de Bahreïn. 

Source: divers et rédaction

27-02-2017 | 12:34
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut