Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
«Rendez Rome aux Romains»: Manifestation contre la politique de l’UE en Italie La réforme de la santé échoue, nouveau revers pour Donald Trump «Israël» n’a pris «aucune mesure» pour limiter la colonisation depuis décembre (émissaire ONU) Inquiétude en «Israël» de la nouvelle décision syrienne d’affronter les raids Près de 4773 civils tués dans la guerre au Yémen, selon l’Onu Présidentielle: la surenchère «complotiste» de Fillon trouble son camp Armes chimiques: Russie et Chine veulent étendre la commission d’enquête de l’ONU à l’Irak L’assaillant de Londres visitait souvent l’Arabie saoudite, la dernière fois en 2015 L’armée syrienne libère le dernier bastion de «Daech» au nord-ouest de Raqqa La Jordanie aux abords de la bataille de Raqqa: Et si «Daech» fuit en notre direction? Un avion de reconnaissance AWACS français scanne la frontière russe Un cadre du Hamas, Mazen Faqha, assassiné à Gaza Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique «Israël»: la fermeture d’un réservoir d’ammoniaque menacé par le Hezbollah reportée Arabie Saoudite: la sœur de Raïf Badawi interrogée par la police Deuxième arrestation après la mort du demi-frère de Kim Jong-un Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> EXCLUSIVITÉS >> Analyses >> Analyses

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Par Akil Cheikh Hussein

En tant que l’une des guerres à visée hégémonique qui ont recours principalement au bombardement aérien, la guerre menée par ce qu’on appelle «Alliance arabe» enregistre des scores dans plusieurs parmi les domaines du crime. L’un de ces domaines est celui de la virtuosité inouïe dans l’accomplissement des missions criminelles.

Les enfants du Yémen, lorsqu’ils dessinent l’avenir de la région…

Les pilotes de l’Alliance dite arabe sont (qu’ils soient arabes ou non) vraiment ingénieux quant aux raids qu’ils effectuent au Yémen. Des manœuvres et des mouvements ahurissants sont effectués par leurs appareils qui larguent leurs bombes sur tout ce qui existe à Sa’da, Sanaa et bien d’autres villes et villages du Yémen. A commencer par les petites baraques et les grands immeubles et à finir par les lieux du culte et les marchés grouillant de monde, en passant par les écoles et les hôpitaux. Avec une priorité dans le choix des cibles données aux bombardements qui font le plus grand nombre possible de victimes. C’est là qu’intervient l’enregistrement de scores dans un autre domaine : La haine et la sauvagerie. Une haine sans doute issue de celle qu’éprouvaient les riches polythéistes de la Mecque envers les pauvres et les faibles libérés par l’Islam.
Pourquoi cherchent-ils à faire le plus grand nombre possible de victimes ? Est-ce la soif de faire couler le sang ? Ou bien le désir ardent de prendre sa revanche d’un peuple qui refuse de se soumettre ? Ou bien une tentative de faire naitre ce sentiment de puissance et de grandeur qu’on ne trouve que chez les lâches et les porteurs des complexes d’infériorité qui fuient les confrontations et trouvent du plaisir à tuer de loin ?

Il s’agit de tout cela, mais tout cela n’est pas tout : Il y a, parait-il, une décision saoudienne, ou méta-saoudienne, d’exterminer la totalité du peuple yéménite, puisqu’un seul Yéménite resté en vie suffit pour troubler le sommeil de la Maison de Saoud.

Celle décision devait être du genre stratégique. Historiquement car, dit-on, des Juifs (parmi les proches cousins des Saoud) se sont trouvés au Yémen, d’une manière ou d’une autre, à une époque ou une autre, ce qui place ce pays dans la zone convoitée par l’expansion israélienne. Géographiquement, en rapport avec la situation du Yémen à l’entrée de la mer rouge particulièrement stratégique pour l’entité sioniste. Politiquement, car le Yémen est un élément particulièrement efficient dans la construction du passé et de l’avenir arabes sous leur visage resplendissant.

Il parait que le Sioniste-Saoudien soutenu par les Etats-Unis compte continuer son extermination du peuple yéménite au point de ne laisser au Yémen un seul individu capable de porter des armes. Ou un seul individu en mesure de regarder les Saoudiens et leurs «frères» dans l’alliance dite arabe d’un œil avec un soupçon de colère.

Il parait qu’ils ont pris cette décision de la même facilité avec laquelle ils décident de mettre à mort tous leurs sujets dont ils ne sont pas satisfaits en les pendant, en les précipitant d’endroits fort élevés, ou en les égorgeant par les mains de leurs geôliers parmi les mercenaires de «Daech», d’«Al-Qaïda» et des autres groupes criminels.

Ou par les mains de criminels professionnels comme les pilotes «compétents» qu’ils ramènent de partout pour piloter des appareils étasuniens à la pointe de la technologie avec une priorité donnée à des pilotes israéliens qui viennent accompagnés des plus puissantes munitions interdites internationalement pour les tester sur les enfants du Yémen, ses femmes et ses vieillards.

Des enfants, des femmes et des vieillards qui, en plus des horreurs de la guerre d’extermination sioniste et saoudienne soutenue par les Etats-Unis, souffrent des maladies et surtout du froid et de la faim. Les raids aériens ont brûlé les champs et les récoltes et ont détruit les ports, les aéroports et les routes, et ce dans une tentative d’empêcher le peuple yéménite de se procurer de la nourriture et des médicaments. Tout Yéménite qui n’est pas tué sous les bombes ou qui, déchiqueté, ne git pas sous les décombres devrait, pour les Saoudiens, mourir de faim.

Pourtant, cette entreprise n’aboutira pas de la manière avec laquelle aboutissent les entreprises des Saoudiens et de leurs semblables parmi les nouveaux riches du Golfe et autres Arabes lorsqu’ils achètent tout ce qu’ils désirent acheter en matière d’actions, d’immeubles, de Yachts, de concubines, d’aliments exquis, d’armes et d’équipements de tout genre.

Une entreprise sans doute ratée. Car le Yémen se distingue de tous les autres pays par son invincible résistance face à tous les envahisseurs. Tous ceux qui, de par toute l’histoire, ont essayé de faire plier le Yémen se sont trouvés eux-mêmes battus et humiliés.

En dépit du ciel qui pullule de bombardiers, le Yémen envoient ses fils affamés et pieds-nus vers les fronts. Ils pénètrent profondément dans les régions de Najran, Assir et Jizan (régions originellement yéménites mais spoliées par les Saoudiens depuis des décennies) et font subir des pertes humaines, matérielles et morales, aux mercenaires de la Maison des Saoud qui s’enfuient devant eux tout en hurlant de peur à la manière des soldats israéliens sous les coups du Hezbollah au Liban.

Ils tirent leurs missiles construits manuellement contre les navires de l’agression dans la mer Rouge et l’océan Indien. Par leurs coups, ils atteignent Ryad et ce qui est au-delà de Ryad.

Sept millions d’enfants ont besoin d’aides urgentes selon des organisations humanitaires. Cela veut dire que beaucoup d’autres adultes sont dans une situation semblable à celle des enfants. Beaucoup d’entre eux sont tués et seront tués avant la victoire que réalisera la nation arabe avec l’effondrement tout proche du régime saoudien et des autres régimes criminels dans la région. C’est au Yémen que reviendra le mérite de cet effondrement. C’est dans ce sens que la région et ses peuples martyrisés, et non pas les enfants du Yémen, qui ont besoin d’être aidés justement par les enfants qui, demain, seront les hommes du Yémen et les hommes des Arabes. Ils auront besoin des enfants du Yémen qui auront une grande contribution dans la mise au point de la carte de la région.

Source : french.alahednews

21-02-2017 | 14:11
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut