Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Propos menaçants d’Erdogan: l’UE convoque l’ambassadeur turc Bahreïn: le pouvoir pousse à la confrontation violente Syrie: l’armée reprend le contrôle d’une zone industrielle dans l’est de Damas En France, Marne-La-Vallée prépare la présidentielle à sa façon Irak: 400.000 personnes «piégées» dans la Vieille ville de Mossoul Egypte: 10 soldats tués dans l’explosion de bombes dans le Sinaï Bahreïn: libération d’un ancien photographe de l’AFP Yémen: «On a créé une crise humanitaire sans précédent» Moscou prêt à dialoguer avec les USA sur une réduction des armements nucléaires Le monde politique exprime sa solidarité avec Londres L’Arabie Saoudite se vide des femmes fuyant la tutelle des hommes Attaque de Londres: 4 morts et 40 blessés, la piste du terrorisme privilégiée L’écart se resserre encore entre Macron et Le Pen Amnesty accuse Washington et Londres d’alimenter la crise humanitaire au Yémen Attaque de Londres: 4 morts, la piste du terrorisme privilégiée Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Moyen Orient >> Iran

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Selon le ministre iranien des Affaires étrangères, la décision de Donald Trump d’interdire d’entrée aux États-Unis les ressortissants de plusieurs pays afin de faire face au terrorisme est une offense au peuple iranien, qui n’a jamais commis d’attentat terroriste contre les Etats-Unis.

Zarif à CNN : le décret Trump est une «insulte» contre le peuple iranien

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a qualifié le décret sur l’immigration émis par Donald Trump d’«offense faite à l’ensemble du peuple» iranien.

«Il s’agit d’une insulte faite à toute la nation qui n’a jamais commis un seul attentat terroriste. Vous ne pourrez trouver dans l’histoire aucun Iranien qui ait commis un attentat contre les Américains», a-t-il déclaré dans une interview à CNN, ajoutant que Téhéran a toujours condamné toutes les attaques terroristes à commencer par celle du 11 septembre 2001.

Il a également indiqué que les immigrants iraniens résidant aux Etats-Unis sont parmi les plus éduqués et ceux réussissant le mieux dans ce pays.

Selon le ministre, les menaces et les insultes ne font que souder le peuple iranien.

Le 27 janvier, le président américain a signé le décret «Sur la protection de la nation contre l'entrée de terroristes étrangers aux États-Unis» visant à «protéger la nation du terrorisme», qui interdisait d'entrée les ressortissants de sept pays (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) pour une durée de trois mois et gelait l'accueil des réfugiés pour quatre mois. Les Syriens font l'objet d'une interdiction sans limitation de durée.

Le juge fédéral de Seattle a pris la décision de suspendre temporairement ce décret au niveau national. Deux cours d'appel américaines ont par la suite rejeté la demande de l'administration Trump de rétablir immédiatement l'application du décret signé par le président américain. La dernière d’entre elles a indiqué que l’administration Trump n’avait pas réussi à justifier la nécessité de cette mesure.

Par la suite, le président américain a déclaré être convaincu qu’il gagnerait la bataille juridique. Il a également promis d’introduire au plus vite des mesures supplémentaires afin de sécuriser le pays.

Jeudi, Trump a promis lors d'une conférence de presse que le décret en question serait remanié la semaine prochaine.

Suite à l’émission du décret, plusieurs pays ont vertement critiqué la décision du nouveau président américain, y compris l’Irak, l’Iran et les Emirats arabes unis.

Source: agences

18-02-2017 | 11:23
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut