Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Propos menaçants d’Erdogan: l’UE convoque l’ambassadeur turc Bahreïn: le pouvoir pousse à la confrontation violente Syrie: l’armée reprend le contrôle d’une zone industrielle dans l’est de Damas En France, Marne-La-Vallée prépare la présidentielle à sa façon Irak: 400.000 personnes «piégées» dans la Vieille ville de Mossoul Egypte: 10 soldats tués dans l’explosion de bombes dans le Sinaï Bahreïn: libération d’un ancien photographe de l’AFP Yémen: «On a créé une crise humanitaire sans précédent» Moscou prêt à dialoguer avec les USA sur une réduction des armements nucléaires Le monde politique exprime sa solidarité avec Londres L’Arabie Saoudite se vide des femmes fuyant la tutelle des hommes Attaque de Londres: 4 morts et 40 blessés, la piste du terrorisme privilégiée L’écart se resserre encore entre Macron et Le Pen Amnesty accuse Washington et Londres d’alimenter la crise humanitaire au Yémen Attaque de Londres: 4 morts, la piste du terrorisme privilégiée Facebook ferme la page du Fateh palestinien Les Yézidis irakiens lancent un cri de détresse pour protéger leurs enfants de «Daech» Implatations: L’équipe de transition de Trump a tenté de bloquer la résolution de l’ONU MSF dit avoir soigné 55.000 blessés dans la guerre au Yémen Pour le Financial Times, le Hezbollah sortira renforcé du conflit syrien Poutine: des armées terroristes soutenues par certains pays à l’œuvre au Proche-Orient USA: le nombre de groupes anti-musulmans a triplé en 2016 Marine Le Pen présente l’électorat le plus déterminé (sondage) Centrafrique: HRW dénonce des «crimes de guerre» d’un groupe armé Quand les ventes d’armes britanniques à l’Arabie saoudite créent la polémique Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> ACTUALITÉS >> Amériques >> Amériques

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le vice-président américain, Mike Pence, est attendu ce week-end en Europe où il cherchera à apaiser des alliés inquiets des déclarations de Donald Trump sur la Russie et l'Otan.

Mike Pence en Europe pour rassurer sur l'engagement américain.

Il devrait à cette occasion réaffirmer l'engagement américain. L'Europe est un «partenaire indispensable» des Etats-Unis, devrait dire Mike Pence à l'occasion de la conférence de Munich sur la sécurité.

Un message qu'il réitérera lors d'entretiens bilatéraux prévus de samedi à lundi avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président ukrainien, Petro Porochenko, et les dirigeants des pays baltes.

«Nous sommes plus en sécurité et plus prospères quand les Etats-Unis et l'Europe sont forts et unis», a déclaré un conseiller du vice-président, qui donnait un aperçu de ce premier déplacement en Europe pour Mike Pence.

Donald Trump, qui a semblé prendre ses distances avec la traditionnelle relation transatlantique pour faire l'éloge du président Vladimir Poutine, a suscité l'inquiétude des chancelleries européennes.

Mike Pence devrait tenir un discours plus apaisant, assurent ses conseillers, et souligner la nécessité d'appliquer les accords de cessez-le-feu de Minsk pour mettre fin au conflit dans l'est de l'Ukraine et maintenir les sanctions économiques imposées à la Russie.

Ses entretiens ne se limiteront pas aux dirigeants européens, puisque le vice-président américain devrait évoquer la lutte antiterroriste avec le président afghan, Ashraf Ghani, et le combat contre les terroristes de «Daech» avec le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi, et le Premier ministre turc, Binali Yildirim.

Lundi, à Bruxelles, Mike Pence s'entretiendra avec plusieurs responsables européens et avec le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

Son déplacement intervient toutefois dans un contexte troublé pour la Maison blanche, après la démission lundi du conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn. Choisi pour lui succéder, Robert Harward, vice-amiral de la Navy à la retraite, a décliné l'offre jeudi.

Si les propos apaisants de Mike Pence sont susceptibles d'être bien accueillis, les inquiétudes européennes à l'égard du 45e président des Etats-Unis nécessiteront de plus solides garanties pour être apaisées, estime Derek Chollet, ancien conseiller de Barack Obama en matière de défense.

«Il va essayer d'être rassurant, essayer d'arrondir les angles de certains commentaires du président sur l'Europe, de les replacer dans leur contexte ou de les expliquer, mais je pense que ça ne va pas résoudre le problème», déclare l'ex-conseiller, désormais membre du German Marshall Fund, groupe de promotion américain des relations transatlantiques.

Source: agences et rédaction

17-02-2017 | 15:01
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut